Vie quotidienne : Le bilan de l'année 2010 : Août
Posté par William le 3/12/2011 18:20:00
Vie quotidienne

Aout 2010

Pour la première fois de ma vie, je quitte la France plus d'un mois, direction les USA. Avec Marie pendant quinze jours, entre le Nouveau Mexique, l'Arizona et le Colorado. Avec la Marmotte pendant dix sept jours, entre Seattle, la Colombie Britannique (Vancouver) et le Yellowstone.
Est-ce le fait de conduire pendant si longtemps ou toutes ces beautés accumulées en quelques semaines mais toujours est-il que, ressentant une certaine lassitude (ou fatigue) sur la fin, il me tarde de rentrer début septembre à Paris. Je suis presque mélancolique. Paris me manque. Je suis en free-lance, désormais, il me faut bosser. J'ai prévu des trucs. Je ne sais pas encore qu'une bonne douche froide et un bon coup de karma vont me tomber dessus le même jour à Paris.
Seattle
Image hébergée par <a href=www.hebergeur-images.fr" border="0"/>





Vie quotidienne : le bilan de l'année 2010 : juin/juillet
Posté par William le 2/12/2011 22:10:00

Juin 2010


Les 5 et 6 juin je suis en Suisse, près de Lausanne. Mes parents ont loué une maison immense, il y a des chambres partout, je m'y perds. Sur la table de la cuisine, un fromage qu'on mange en le découpant avec un appareil qui tourne (je ne connais pas le nom). Je lis un livre fascinant qui explique que l'année 1979 est celle qui a bouleversé le monde géopolitique à jamais.

Le 15 je vois Thomas Durand (de Gala) (Je l'aime beaucoup)

Le 17, c'est mon anniversaire et je suis sur le tournage du clip de Zazie avec Eric Maillard, dont je tire un making-of inédit sous cette forme (version longue):


Le 19, j'emmène des gens biens découvrir les chiens d'aveugles.
http://www.prland.net/lecole-de-chiens-guides-pour-aveugles-de-paris/

Le 26 je déménage ET le soir je vais voir Indochine au Stade de France avant de...

Partir à Londres le 27 pour voir Paul McCartney en concert à Hyde Park... et de revenir fracassé le 28. Merci Eric pour ce cadeau extraordinaire.

Fin juin, je sens que c'est la fin d'un cycle. Et, de fait, alors que je devais partir de mon poste bien plus tard, convaincu que le freelance était fait pour moi, je me jette à l'eau et démissionne dans la foulée, un matin.

Je me retrouve le 02 juillet libre comme l'air.





Blog : le bilan de l'année 2010 : mai
Posté par William le 2/12/2011 20:30:00

Rien de notable en mai à part huit jours à Pékin avec Marie.





Vie quotidienne : le bilan de l'année 2010 : avril
Posté par William le 2/12/2011 16:30:00

Avril 2010

1er avril : soirée Virginie Spies (elle est plus que cool, elle)

3 avril : thé avec Natacha, Sacha et Tatiana, moment délicieux. Juste avant, dans le bus, je réalise que "Gainsbourg Zéro Dix", un morceau chanté par Quentin Mosimann sur son album a été écrit par un ami, Bertrand Soulier. Je l'appelle pour lui dire. J'adore ce titre. C'est un petit chef d’œuvre. Bertrand m'écoute. Il le reprend sur son album à lui, à paraître en mars. Je ne sais pas si j'y suis pour quelque chose. Si c'est le cas, Mazeltov.


7 avril : Gala des 25 ans de l'EPITA

14 avril : petit déj' dans un hôtel que j'aime beaucoup, les Mathurins, qui nous servira comme lieu de tournage six mois plus tard pour une rencontre au sommet Jenifer/Vinvin
Il y a noté MGMT à 13h mais je n'ai pas souvenir d'avoir rencontré le groupe. Bizarre.

19 avril : nous signons le nouveau bail de l'appart. On voulait le même en plus grand, dans le même quartier. Le Cosmos a parlé. Nous déménageons à deux pas.

21 avril : après-midi de tournage à l'institut Pasteur. Dieu bénisse l’Amérique : mes années d'infirmier me servent encore quand il s'agit d'interviewer des chercheurs qui parlent d'ADN, de peste ou de je ne sais quoi. Moi je sais, par contre, pourquoi j'ai fait infirmier. Pas une journée sans ce que cela ne me serve, encore aujourd'hui.

22 avril : je déjeune avec Benjamin le Gren. J'adore ce mec.

23 avril : Séance de travail avec Zazie
Nous tournons cette vidéo :

Le casting du bloggeur 19/05
envoyé par zazie. - Regardez d'autres vidéos de musique.

Le même jour je vais chez l'acupuncteur et le soir je dîne avec Bertrand Soulier dans le Marais.

27 avril : je fais des photos près du Panthéon pour Plon (sans savoir que je travaillerai au même endroit six mois plus tard !). Je raconte la séquence un peu plus tard :
(Toute ressemblance, etc.)

«Ravi, ravi de vous rencontrer, oh, vous allez voir, crème de la crème, on a pris un photographe qui sait s’y prendre, vous allez voir, vous ne serez pas déçu et puis il en a fait des gens connus avant vous, des gens vraiment connus je veux dire, des gens dont vous avez dû déjà voir la photo avant dans les magazines, j’en suis sûr, ah, ça, on vous gâte. Par contre, je vous le dis, on est au courant, on le sait, bon, on ne va pas se leurrer, entre nous, hein, vous n’avez plus vingt ans, voilà, c’est dit, c’est fait, il fallait qu’on en parle mais c’est vrai, bon, entre nous, vous n’avez plus vingt ans et il faut être clair, à votre âge, il faut vous flatter, on sait ce que c’est, enfin moi pas encore, j’ai 28 ans, ha ha ha, bientôt la mort, faudra me tuer comme un vieux chien à trente ans, je dis toujours mais vous, vous avez surmonté depuis longtemps la trentaine, comme vous pouviez, alors on va le faire, hein, ce shooting et puis on va vous flatter, si si.»

Il s’adresse au photographe d’un ton sec :

- Emilio, tu recules, merci, tu le flattes. Emilio recule d’un mètre.

- Emilio recule encore un peu merci. Emilio recule de deux mètres.

- Mhouuuiii alors voilà, déjà là, je suis sûr qu’on peut commencer avec quelque chose de plus que correct vu la matière de départ. EMILIO ! MAIS TU NOUS FAIS QUOI LA ? SI ! SI TU T’ES RAPPROCHÉ ! SI ! ME PRENDS PAS POUR UN CON TU AS AVANCÉ D’UN PAS ! Allez, pour la peine, recule de deux mètres et tac, c’est déjà ça de pris. Dans ta face, la retraite ! Ah ah ah, je plai-sante.

Emilio est à présent à six mètres de moi et shoote mon visage comme un fou. L’autre reprend :

«William, William, surtout pas d’inquiétude, aucune, rien, pas une ridule d’angoisse sur votre front de quadra, nous c’est PHOTOSHOP à mort, nous c’est clair, on utilise PHOTOSHOP. Je vous le redis, c’est pas la peine de m’envoyer trois mails avant, pendant, après : vous serez fla-tté sur la photo, on est clairs, il y en a SÉRIEUSEMENT besoin, vous n’êtes plus un jeune premier, hein, on se comprend, Emilio est bon mais pas à ce point-là et avec Photoshop on fait des mira...(il me regarde)...On fait du bon boulot. Je vais pas vous mentir, on fait du bon boulot. Et sinon, faut arrêter de fumer, ça vous fait un teint, des cernes, ça vous colle une tronche de Twilight, hein et vous... Ah, vous fumez pas ? Ah, vous fumez pas ! Mais j’aurais juré. J’aurais juré. Vous avez pas dormi, alors, c’est ça ? Ah bon ? Vous avez dormi. Vous avez dormi. C’est vous au naturel, quoi. Et vous payez cher en analyse, alors ? AH AH AH je plaisante. Et bien on vous flattera, point, je vois que ça et.... (attendez) EMILIO ! Tu peux reculer, encore, merci.»

Il souffle.

- Faut tout faire, faut tout faire, faut tout faire soi-même, on devrait en écrire une chanson, moi je dis toujours. Tiens, asseyez-vous sur le rebord de la fontaine Saint-Sulpice, ça fait jeune auteur chic, enfin, je me comprends, ça fait auteur chic, quoi, on va pas se leurrer, on fait avec ce qu’on a. On fait avec ce qu’on a. C’est eux qu’on va leurrer avec photoshop, hein. Tiens, mettez-vous devant la fontaine, je rejoins Emilio là-bas.

- EMILIO RECULE J’ARRIVE !

Je m’assois sur le rebord. Une trentaine de touristes contemplent médusés le spectacle pendant que Jean-Sébastien hurle à l’autre bout de la place :

- SOURIEZ WILLIAM ! Mieux que ça ! Non, non, non, on ne cligne pas des yeux merci monsieur et oui, je sais, vous avez le soleil devant mais si vous l’aviez derrière, ça ferait contre-jour et c’est pas une photo à contre-jour qu’on met en couverture alors vous souriez, allez, NON ON CLIGNE PAS DES YEUX...Emilio...Tu crois pas que.... Hein... Si... Hein... WILLIAM METTEZ VOUS SUR LE CÔTE DE LA FONTAINE ! Voilà... ON NE CLIGNE PAS ON NE CLIGNE PAS ON SOURIT VOILA ! MADAME ! Madame, vous passez dans le champ, c’est pourtant pas compliqué, non ? Si ? Ah elle parle espagnol, cette conne... Senorita, hay un hombre aqui muy famoso y el photographo... el photographo try the best hacer el photoshoot, comprendé ? Podemos usted walker away, muchas gracias ! Emilio... Emilio... Hein... Oui, hein ? T’es d’accord avec moi, hein. WILLIAM ! William ! Mettez-vous derrière la fontaine, voilà, encore un peu, voilà, reculez, encore, voilààààà parfait, shoote, shooooooote, parfait, William, mettez la tête de côté, penchez à peine un peu qu’on voit quand même le menton mais pas le reste, au moins c’est ça de vous de pris, voilà, génial, super et puis au pire on met que la fontaine ou une montagne, c’est bien, aussi, un paysage en couverture avec certains auteurs, hein, ça fait quand même vendre.... LADIES WE ARE WORKING JUST RIGHT NOW FUCKING HELL !

Un monsieur, très distingué, tempes argentées, petit appareil photo à la main, se penche vers moi, de l’autre côté de la fontaine où je ne vois plus le photographe qui shoote toujours à quarante mètres et il me dit :

- Il y a quelqu’un de connu ? Il paraît qu’ils photographient un petit gros chauve assez réputé mais ma femme arrive pas à mettre le nom dessus. Vous l’avez vu, vous ?


29 avril : je mange une pizza dans la cour du campus (où je travaille) en parlant d'un projet avec Sébastien Gau, projet dont je parle toujours et qui se met lentement en branle sept mois plus tard... On va le faire !!





Vie quotidienne : le bilan de l'année 2010 : mars
Posté par William le 2/12/2011 13:50:00

Mars 2010

4 mars : G. P. de feu CB News, est d'une rare incorrection avec moi. Depuis son journal a fermé. Rouvert. La vie continue. Je pardonne mais je n'oublie rien.

4 mars : Repas catastrophique. Hasard, acte manqué ou méchanceté, je pars avec mon compagnon à un repas. Nous avons spécifié qu'il n'aimait pas les fruits de mer. Ni je ne sais plus quel aliment. L'entrée est un fruit de mer. Le plat principal est l'aliment dont nous avions mentionné le nom. Je reste abasourdi. Mon compagnon (poli) se force à manger (il s'en rend malade). Un type à ma droite me saoule toute la soirée. Nous en rions encore six mois plus tard. Un vrai repas Bridget.

5 mars : je déjeune avec Aude Baron (du Monde Interactif) et Xavier Ternisien (du Monde).

6 mars : 1ère journée XXXXXX. On m'annonce un bouleversement intense dans les six mois à venir, jour pour jour. Je ne dois pas lutter. Je ne lutte pas. Le bouleversement attendu arrivera pile... dans... sept mois. Personne n'est parfait et même le Cosmos a du retard.

13 mars : "Rappeler Jean Jacques Sempé". No comment. Un jour je pardonnerai à Plon. Mais pas aujourd'hui.

13 mars : Je vais voir le spectacle d'Alison Arngrim (Nelly Oleson dans la petite maison dans la Prairie) et l'invite dans la foulée au Figaro.


15 mars : concert sublime de Christophe à la Cité de la Musique.

22 mars : Début des sessions avec le gourou de la bouffe et des anti-régime, Zermati. Échec sur toute la ligne (dû à moi, je présume)

25 mars : je suis interviewé au salon du livre après une séance d'ostéopathie. Mauvaise idée, je suis totalement mais totalement à l'ouest sur cette vidéo. Bise à Natacha, Tatiana et Sacha Quester-Sémeon...Des anges.


28 mars : Anniv' de Mathilde. Je l'aime. Je la respecte énormément.

31 mars : Déjeuner au Delmas, ma cantine favorite. J'entends parler, stupéfait, pour la première fois, du projet Zazie "7". Je suis sous le choc. Je refuse. Sept fois (bien sûr). Je suis terrifié.








Vie quotidienne : le bilan de l'année 2010 : février
Posté par William le 2/12/2011 11:50:00

En février 2010


Le 1er : En plein dans l'écriture d'un livre sur les NTIC franchement excellent, qui va m'occuper de longues semaines avec mon collègue Mathias. Ce livre est disponible partout et sera sûrement le premier (et le dernier) avec mon nom dessus qui traite des Nouvelles Technologies dans les 25 ans prochaines années. Si vous comptez bien, j'ai donc écrit six livres à ce jour (parus) et... deux de plus (dans les tiroirs)
L'acheter

5 février : je déjeune avec le Community Manager du Figaro car j'ai quitté le Post. Je tournais en rond, j'avais besoin d'air frais.
On convient que je vais parler de Nouvelle Star sur le Figaro ou sur TVMag. M6 l'apprend et refuse : j'ai tant écrit d'horreurs sur les deux saisons passées que mon nom leur file des boutons. Je me retrouve face à un mur. Que faire ?

Avisant le studio télé disponible au Figaro, je propose de tourner un petit talk. Nous en ferons dix numéros, orienté à 90% musique. Je n'ai strictement aucun contrôle sur le montage ou les gens que je reçois, la mise en avant est proche de zéro (la plate forme du Figaro est très, très mal référencée, Google l'ignore totalement)... Mais le cœur est y est, pendant quelques semaines.

Je m'amuse pendant six ou sept émissions et puis je me lasse. On me jalouse, c'est tellement visible que j'en suis gêné pour la personne.

Anecdote amusante : je reçois une totale inconnue pour ma première émission, en insistant fortement. Je l'ai entendue chanter deux titres, je sens le potentiel. Bien m'en a pris, ZAZ a depuis totalisé 7 millions de vues sur la vidéo que nous avons tournée pour le Figaro...


7 février : shooting photo semi-pro avec Laurent mon co-auteur. Je n'aime pas du tout le résultat. Aucune photo ne sortira de cette session... jusqu'aux premières demandes de la presse. J'ai l'air d'avoir 45 ans sur les clichés.

9 février : Je suis invité par un collège de banlieue qui souhaite me voir parler à des jeunes en filière "santé". La semaine précédente, un drame a eu lieu devant les grilles. La tension est palpable.

16 février : première rencontre IRL avec un photographe dont j'admire le talent, Antoine Doyen. http://www.antoinedoyen.net/
Le midi, déjeuner avec Françoise Délivet, mon éditrice chez Robert Laffont. Nous parlons de mon précédent manuscrit qu'elle a refusé (et qui a cartonné chez Privé): elle s'excuse. Je ne sais pas quoi lui dire. Je comprends que "quand je le sens dans l'estomac", ça vaut de l'or. Désormais mes émotions me guident. Si j'ai une boule d'angoisse en écrivant un article, c'est que je ne dois pas le publier. Si je décide de le publier quand même, je sais à qui m'en prendre. Je sens que mon prochain roman "Le Chemin qui menait vers vous" va être un plaisir à écrire, un bonheur, réellement. Je lui dis. Elle me croit. Elle deviendra mon éditrice deux mois plus tard. Virginie Fuertes (Privé), Denis Bouchain (Plon) ou Françoise Délivet (Robert Laffont) : trois belles personnes à qui vous pouvez confier un manuscrit.

17 février : rendez-vous raté entre Marie Mustel, Bertrand Soulier et moi. Nous devions déjeuner, nous ne le faisons pas. Partie remise... et clin d’œil à Marie, ce matin, alors que je retrouve dans mon agenda ce déjeuner oublié auquel personne ne put assister.

22 février : je suis interviewé par NRJ. Ça me plait beaucoup, l'idée.

23 février : j'interviewe une grande dame nommée Divina Frau-Meig à la Sorbonne. Je suis fasciné pendant plus d'une heure.







Vie quotidienne : Le bilan 2010 : Janvier
Posté par William le 2/12/2011 8:10:00

L'année dernière, j'avais écrit mon bilan 2010. Et je ne l'avais pas posté, le jugeant trop frais. Un an plus tard, ma foi... J'étais un bébé de "ma nouvelle vie", prenant encore un paquet de mauvaises décisions et n'osant pas m'affirmer. Cela se voit. Pas mal d'erreurs. Pas mal de choix qui n'en sont pas. Allez, bilan non pas de l'année en cours (tout le monde vous fait ça !) mais de celle précédant l'année en cours. J'adore l'idée.


Alors, cette année 2010, sur la voie du Zen, on pourrait le dire comme ça... La voie du changement, des décisions, des anciens comportements qu'on décrypte, des nouveaux qu'on découvre puis qu'on affine, la voie du soi.

Janvier 2010

Le 02 je demande à Laurent Latorre de co-écrire avec moi "Le Chemin qui menait vers vous", dans la Basilique de Saint Denis (ça ne s'invente pas). Une décision irréfléchie. A l'instinct.

Le 12 je décide de bosser avec une mauvaise personne et ça va me prendre neuf mois pour en sortir. J'accepte d'aller contre ce que je crois, ce que je veux, je me sens mal à l'aise dès le premier jour et j'ai honte de l'argent réclamé pour le travail fourni. Pas à ma place = souffrance.

Le 15 je me fais "avoir" par une connaissance qui me ment sciemment pour que je vienne à son vernissage. Je me perds dans un parc, manque de me faire agresser et essaye de rester calme quand j'y arrive enfin :
- C'est à une éternité du métro, tu m'as menti, je me suis perdu, j'ai mis plus de trente minutes dans le noir, tu m'avais dit que c'était à sept minutes de la sortie...
Il me regarde et me répond (rien à battre)
- Si je t'avais dit que c'était aussi loin, tu ne serais pas venu.

Son copain est gêné pour lui. Je décide que c'est la dernière fois qu'on se voit. C'est tellement irrespectueux. Et de toute façon, nous ne "parlons pas", il ne m'écoute pas, il ne parle que de lui. Il faut que je le "dérange" pour qu'il réagisse. Quelqu'un de bien, dans le fond, de malheureux, mais je n'ai plus envie de me faire avoir. Il m'a aidé, il a su trouver des mots. Je manque probablement d'empathie, des années plus tard. J'ai pourtant pas mal parlé, avec diplomatie, mais il ne m'écoute pas. La relation amicale va dans les deux sens et sûrement pas en mentant à l'autre.

Le 18 je signe un contrat (avec le type du 12) qui va m'apporter beaucoup d'argent et beaucoup, beaucoup de stress et de colères. Mauvais choix. Mais rien n'est gratuit jamais rien jamais. Ce contrat était mauvais, il vendait du vent, je le sentais en le signant. Impossible d'être à la hauteur d'un mensonge initial.

Le 23 je vais voir Jacques Dutronc en concert à Pau

Le 27 je petit déjeune au Ministère de l’Économie avec Anne Marie Idrac





Vie quotidienne : Bridget à Hong Kong
Posté par William le 24/10/2011 8:30:00




- ET TIENS TOI BIEN HEIN PAS DE BÊTISES!

Me dit Éric, alors que nous pénétrons dans les bureaux de sa boite à Hong Kong où il se rend pour la première fois. Je me fais discret, il serre des mains, entame des conversations, les gens se présentent, ça glousse, ça papote, personne ne fait trop attention à moi, cela me va très bien.

A un moment, son homologue Chinoise se tourne vers moi et me demande en anglais si je bosse aussi pour BIG ENTREPRISE avec un large sourire.

Tout le monde attend ma réponse car je n'ai pas été présenté. Voulant indiquer en une phrase que j'ai pour ma part un job beaucoup plus futile que le leur, mais un job que j'adore, j'opte pour un simple :
- Oh, nononono, I don't work for you, I do have a fun job, I work for Universal Music.
Silence poli de l'assistance. Elle reprend, avec gêne :
- Oh but we ALSO have a fun job, you know.

Je venais juste de dire à toute la boîte qu'ils avaient un boulot de merde et moi pas. En toute simplicité.
J'ai voulu rentrer sous la moquette.





Blog : De l'autre côté
Posté par William le 9/10/2011 10:50:00

hébergement gratuit de photos & vidéos avec <a href=www.photomania.com">

De toutes le choses qui me sont arrivées dans ma vie depuis deux ans, en gros, l'une des plus étranges, et l'une des plus belles, est d'avoir pu croiser Chantal Lauby, deux fois, d'avoir pu longuement l'interviewer, dans un Olympia vide et d'avoir ri avec elle.

Hier soir, devant le Grand Rex, je la recroise, nous parlons, nous rions, je suis filmé pour une émission que vous verrez (enfin) dans quelques semaines et, à la fin, elle m'embrasse sur la bouche, en partant.

C'est quelqu'un que je respecte tellement. Qui a tellement travaillé. Tellement donné. Comment ne pas être étonné et heureux d'une telle rencontre ? Oui, j'ai de la chance, je m'en souviens, parfois, pas assez souvent.


Nous avons commencé le tournage de mon Puzzle il y a bientôt un an. Trois continents, quelques stars, beaucoup de rires, d'hésitations, aussi, mais c'est bientôt fini. Il me tarde de voir tout ça...





Musique : Charles Aznavour
Posté par William le 8/10/2011 7:40:00



Je suis allé voir Charles Aznavour à l'Olympia et ce fut tout simplement magique. Par moments. Par moments, oui. Il y a quelque chose de touchant et de flamboyant à la fois dans cette performance d'un monsieur plus si jeune, en scène, assis parfois, cherchant ses mots, reprenant son souffle et...parfois courant de droite à gauche, swinguant, claquant des doigts pour donner le rythme, comme un gamin.

Moment incroyable lors de la Bohème, lorsqu'il s'éponge le front d'un ample mouchoir en tissu et le tient dans la main, pendant la chanson. A la toute fin du titre, deux hommes, dans la force de l'âge, se lèvent et courent vers la scène. On pense à un attentat, à un homicide. Que nenni. Les fans se ruent sur le mouchoir que Charles jette devant lui et se battent comme des chiffonniers pour le remporter, séparés par la sécurité, devant un public hilare.

Les vieux titres sont applaudis avec émotion. Les titres les plus récents sont accueillis dans une indifférence relative : ils n'ont ni la force ni le poids des années et, pardon, sonnent tellement rococo, dépassés. Ringards. Il faut arrêter l'écriture, passé un certain âge, quand on a pondu tant de chefs d’œuvres. C'était (parfois) pathétique.

Soirée merveilleuse, hors du temps. Charles Aznavour, tout de même, quelle classe. 200 euros la place, hein, en carré Or. Est-ce que ça les vaut ? Oui. Probablement, oui. J'ai obtenu ma place sur le site de l' Olympia qui n'est pas responsable du prix des places, je précise...Charles produit lui-même ses spectacles et se vante d'avoir inventé le "Carré Or". Je précise les avoir acheté sur le site de l'Olympia car je me suis fait gronder par la responsable qui apprenait que j'utilisais Viagogo d'habitude..."Faut acheter ses places sur le marché officiel ! Tu encourages pas les marchés parallèles, jamais, sois responsable !"

Ok ok ok





« 1 2 (3) 4 5 6 ... 54 »
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Se souvenir de moi

Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
Découvrez mes livres


Le chemin qui menait vers vous

Robert Laffont
(Sortie le 17/02/11)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Tous ces jours sans toi

Editions Plon
(Sortie le 26/08/10)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

J'ai Lu
(Sortie le 09/02/11)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

J'ai Lu
(Sortie le 28/08/2010)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!

Je suis partout !

Actualités, médias et people mais pas que... sur "Le Post"


- - - - - - - - - - - - - - - - -
Mon blog précédent : "Ron l'Infirmier"



Qui est en ligne
6 utilisateur(s) en ligne (dont 6 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 6

plus...
Nouveaux inscrits
emy7890 19/2/2012
lolo67870 7/2/2012
A.S 28/12/2011
cat'seyes777 22/10/2011
monochrome 26/9/2011
fred 22/8/2011
Kedem 10/8/2011
val 9/8/2011
corgre 21/7/2011
lara 19/6/2011
Boîte à outils
Rechercher sur le blog
Commentaires récents
citations 20/7/2014 17:12
Merci pour votre livre 19/9/2012 14:58
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 20:05
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 16:27
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 12:04
Re: La dame qui tirait les cartes 20/2/2012 23:26
Re: La dame qui tirait les cartes 19/2/2012 9:10
Re: 5 regrets avant de mourir 19/2/2012 7:58
Re: Ecriture 19/2/2012 7:43
Re: Les peurs 6/2/2012 17:02
Re: Les peurs 6/2/2012 12:21
Re: 5 regrets avant de mourir 6/2/2012 8:29
Re: Ecriture 4/2/2012 21:11
Re: Ecriture 3/2/2012 6:42
Re: Ecriture 3/2/2012 0:03
Re: 5 regrets avant de mourir 2/2/2012 19:43
Re: Ecriture 1/2/2012 23:23
Re: Les peurs 1/2/2012 18:41
Re: Les peurs 1/2/2012 18:30
Re: Ecriture 1/2/2012 18:12
Re: Partir, revenir 1/2/2012 10:46
Re: Les peurs 1/2/2012 2:46
Re: Partir, revenir 1/2/2012 0:44
Re: Les peurs 31/1/2012 20:07
Re: Ecriture 31/1/2012 20:05
Re: Ecriture 31/1/2012 16:40
Re: Ecriture 31/1/2012 16:31
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 22:27
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 21:07
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 12:30
Re: Samedi 223 : Solitude 29/1/2012 14:28
Re: Samedi 223 : Solitude 29/1/2012 12:58
Re: Samedi 223 : Solitude 28/1/2012 23:25
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 27/1/2012 19:56
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 27/1/2012 6:57
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 21:29
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 18:58
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 11:10
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 11:06
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 23/1/2012 15:17
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 22/1/2012 10:57
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 15/1/2012 16:45
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 10/1/2012 1:02
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 6/1/2012 16:23
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 19:28
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 16:14
Re: Mercredi 248 5/1/2012 11:14
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 11:12
Re: 240 4/1/2012 10:19
Re: 239 3/1/2012 23:03