Télévision : Deux questions qui font du bien (13)
Posté par William le 3/9/2009 22:20:00
Télévision

Deux questions à...un inconnu, une inconnue. Ou pas ! No names.
Les cadrages sont maison. Filmé sur une Flip Mino HD.
Ce sera toujours les mêmes questions.
Première question : quel est le meilleur conseil qu'on vous ait jamais donné ?
Deuxième question : Quand ça ne va pas, à quelle image positive pensez-vous pour vous faire du bien ?
Olivia :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo





Télévision : Deux questions qui font du bien (12)
Posté par William le 3/8/2009 9:10:00
Télévision

Deux questions à...un inconnu, une inconnue. Ou pas ! No names.
Les cadrages sont maison. Filmé sur une Flip Mino HD.
Ce sera toujours les mêmes questions.
Première question : quel est le meilleur conseil qu'on vous ait jamais donné ?
Deuxième question : Quand ça ne va pas, à quelle image positive pensez-vous pour vous faire du bien ?

Etienne :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo





Télévision : Entretien avec Frédéric Lopez (fin)
Posté par William le 4/7/2009 6:50:00
Télévision

Dernière partie de ma rencontre avec Frédéric Lopez. C'est peu dire que j'étais ravi de pouvoir lui poser toutes les questions (oui, toutes !) que j'ai dans la tête depuis le premier numéro de "Rendez-Vous en Terre Inconnue", une émission qui mériterait le parrainage de l'UNESCO, pas moins. Remerciements à Françoise Doux (la classe) et Mathias Lasserre (spéciale dédicace) et, bien sûr, Frédéric Lopez (il est de Pau, j'ai complètement oublié de lui dire, alors si vous me lisez, Frédéric : respect !).


---------



- Rendez-vous en Terre Inconnue, d’après vous c’est une émission qui perturbe un écosystème fragile ou qui contribue à le sauver ?
- Je me suis souvent posé la question comme tous les gens qui font du documentaire. D’abord j’ai le sentiment qu’en mettant ces peuples rares dans la lumière, en leur donnant une existence, nous dissuadons quelque part un gouvernement lambda de leur faire du mal. Certes nous ne sommes diffusés qu’en France mais néanmoins personne ne pourra dire « on en savait rien ». Ensuite, est-ce que je leur fais du mal ? Indirectement je ne le sais pas mais concrètement non, je le vois, ils sont heureux de nous rencontrer pendant le séjour.



- Ça rigole, d'ailleurs, pendant le tournage ?
- Enormément. Imaginez aussi quelque chose de très fort : ils croiseront dans leur existence moins de gens que la plupart d’entre nous en une seule journée. Imaginez la portée de cette rencontre avec nous…Ils pourraient être tout aussi naïfs avec des gens pas cool du tout. Au bout du compte, est-ce que c’est bien ou pas bien, au final, quand on comptabilise les millions de gens qui ont vu l’émission, il en reste un message humaniste très fort que j’adore. Il en reste ce message positif au-delà du racisme, de la bêtise, de tout.



- Vous avez établi quelques règles ?
- Oui, bien sûr. Par exemple, nous ne rencontrerons jamais de « gens non contactés », c’est à dire qui n’ont jamais vu de blancs. Il reste encore des tribus, sur la planète, qui n’ont jamais croisé la route d’un homme occidental.
- Nicolas Hulot l’a fait…
- (silence)…Les conséquences d’une telle rencontre sont encore inconnues, les maladies par exemple. Imaginez Hibernatus qui découvre un nouveau monde, d’un seul coup : quel choc ! Je ne veux pas être à l’origine de ça. Mon rédacteur en chef m’appelait régulièrement parce que les Korowaï voulaient des images de notre monde, avant le tournage, pour savoir comment c’est chez nous. Nous avions de longues réunions au bureau, à nous prendre la tête : qu’est-ce qu’on leur montre de notre monde ? Le Mont Saint-Michel, le 11 septembre ? Qu’est-ce que je choisis de montrer de mon univers ?


J’ai donc fait exprès d’oublier les photos : ils m’en ont voulu, sur place. Pour me faire pardonner je leur montre une terre inconnue…dans un autre pays ! On leur fait passer des images de la Sibérie ou du désert et c’est là que ça devient magique…Il n’y a AUCUNE probabilité que les papous croisent un jour les Imbas du cercle polaire, on est d’accord. Et bien quand les mecs de Namibie découvrent le film ils se rendent compte qu’ils ont les mêmes rituels, les mêmes croyances que les mecs du cercle polaire ! C’est fou, non ?



- J’éprouve une vraie tristesse en découvrant vos documentaires : vous rendez-vous compte que vous filmez la dernière génération d’hommes « sauvages », d’hommes libres ? Les enfants que nous croisons dans chaque peuplade, poussés ou pas par leurs parents ne pensent qu’à grandir en ville, dans des maisons !
- Je ne suis pas expert mais je me rends compte du phénomène. Nous leur posons une question à chaque fois : quel est votre avenir, est-il entre vos mains ? On leur promet à douze ans une vie plus confortable mais les enfants n’ont pas de distance, de recul sur cette affirmation.



- Je me suis souvent demandé si l’invité pouvait infléchir une journée ? Genre « ah non, moi vous me dites d’aller aux champs mais j’aimerais plutôt faire du torchis… »
- (il sourit) A un moment donné, Edouard Baer était très choqué parce que nous avions prévu un programme. Il me dit « Ah mais non, je pensais pas qu’on prévoyait, non non non, c’est de la mise en scène, hors de question ». Bon. On devait aller ramasser des oignons et je lui rétorque « Parfait, très bien, j’adore le débat, on annule ce qui était prévu. Fais ce que tu veux, on te filme. ». On passe la matinée à le filmer : c’est à pleurer de rire tellement c’est mauvais, tellement il n’y aucune image à sauver. Pourquoi ? Parce qu’en fait il va voir les gens, il a un mot drôle pour tout le monde et ça rigole, ça rigole. Je ne dis rien pendant des heures et à la fin, je me tourne vers lui : « Donc, alors, si j’ai bien compris, le film c’est ta campagne électorale ? Non parce qu’on te voit passer trois heures devant une caméra à dire bonjour à des gens, point. » Il a compris que le message sur la dépendance du peuple Dogon à l’eau, aux oignons était plus important que sa campagne électorale et il a ensuite accepté le planning !










- Ce qui est fascinant, avec Edouard Baer, c’est qu’il n’y a pas besoin de traduction : les mecs sont tous morts de rire, non ?
- Tous ! Là on sort un livre à la fin de l’année (Editions la Martinière) et j’ai trouvé plein de belles photos de peuples hilares, devant Patrick Timsit ou Edouard Baer, mais vraiment hilares, sans traduction. L’humour sincère n’a pas besoin de mots : c’est un langage universel. Mais je considère l’humour comme une forme d’intelligence supérieure et puis surtout les humoristes ont la phobie de l’ennui. Je me souviens d’une séquence avec Edouard, on ramasse des oignons et ça doit durer trois minutes à l’image alors qu’en vrai ça dure six heures et…
- C’est la question que je me posais ! Vous ramassez des p.tains d’oignons pendant six heures ?
- Bien sûr ! Nous ne le faisons pas juste pour la séquence, ce serait du grand n’importe quoi. Et donc nous voilà à ramasser pendant six heures des oignons, le dos cassé, en pleine Afrique, en plein cagnard. A un moment donné, Edouard lève la tête et me regarde, effaré : « MAIS IL Y A DES GENS QUI REGARDENT CA ? »…Fou rire…



- Vous n’avez jamais eu envie de passer de l’humanisme à l’humanitaire ?
- J’éprouve un réel blocage avec l’appel au don mais à moins d’être milliardaire on a forcément besoin d’argent dans l’humanitaire. Pour avoir de l’argent, on joue habituellement sur deux sentiments humains, la pitié et la sensibilité mais ça, moi, je ne peux pas. Or il y a un mois j’ai rencontré deux personnes incroyables qui se battent pour un projet génial depuis huit ans : ils ont eu l’idée du siècle, ils vont avoir le prix Nobel de la paix, comme le Pr Yun us qui a inventé le microcrédit. Je vais avoir besoin de plein d’institutions en France pour les aider, il va falloir changer des lois et j’ai besoin du gouvernement. Que-je-ne-connais-pas. C’est un appel du pied. Vous avez compris ?
- J’ai compris.
- J’ai besoin de l’aide du gouvernement. Je n’ai pas peur du ridicule : je sais que cette idée incroyable va changer le monde et que cela va se produire. J’ai besoin d’un décret gouvernemental, par contre.



- Vous acceptez l’idée que certaines émissions sont ou seront moins fortes que d’autres ?
- Maintenant oui. Mais je n’ai pas supporté l’idée pendant longtemps. Je deviens philosophe avec le temps : « légèreté » et « profondeur » sont devenus mes deux mots clefs. Rien n’est grave, tout est important.







- Frédéric, ce sont les souvenirs dans la tête qui sont meilleurs que l’émission ou l’émission qui est plus forte que les souvenirs ?
- Mhuuuuum (il réfléchit)…Quand j’ai vu le film des Korowaï à la conférence de presse, j’ai pleuré tout le long. Je réalisais enfin, en le regardant, l’intensité de ce que j’avais vécu sur le tournage. Jusqu'à la diffusion, je ne pense qu'au film. C’est un travail de titan : on compresse 140 heures de rushes en 1h40, pendant quatre mois de travail : imaginez que nous ne devons rien oublier d'important, ajouter les voix off (un travail de chirurgien car la voix off doit s’effacer derrière le personnage, comme si le personnage parlait directement sans être doublé), ajouter la musique, décider via l’étalonnage de quelle couleur sera la forêt, etc. Du coup, j’ai découvert pour la première fois le film monté et j’ai réalisé ce que j’avais vécu, enfin…et je sais, pour Zazie comme pour moi, que c’est en train d’effacer ce que nous avons vécu. Le film remplace les souvenirs, au fur et à mesure.



- Ca se bouscule au portillon, pour venir, je présume, non ?
- Mais ça se bousculait déjà avant que l’émission n’existe ! J’en ai parlé longuement pendant ma période de chômage à des artistes que j’aime (Muriel Robin, Adriana Karembeu, Djamel) et ils avaient dit oui. Ils m’avaient fait confiance avant que l’émission ne marche…Evidemment le succès du programme réveille toute une flopée de candidatures. Ce n’est pas forcément lié aux audiences mais plus à la richesse, la portée du programme. Je suis touché par les marques de confiances de ces gens qui viennent bénévolement nous confier leur vie, oui, leur vie, et leur image pendant trois semaines.



- Qu’est-ce qui fait un bon candidat au départ ?
- Ah, c'est bien simple, il me faut un type spontané et qui formule. Il faut que ça verbalise ! Quand Zazie voit la maison, elle pourrait s’exclamer à l’intérieur alors que là, elle me prend par le bras : « Non mais regarde, regarde, t’as vu ? T’as vu les arbres ? ». L’invité me sert d’étalon, ce n’est pas le papou qui va dire « oh il fait chaud et humide aujourd’hui » vu que c’est son milieu naturel. C’est le rôle de l’invité.





- Quel est l’invité que vous n’aurez jamais ?
- Benoit Poelvoorde, à mon grand regret. Il déteste voyager. Sa femme en rigole encore : « Vous savez, dès qu’il sort de Namur, il est malheureux, même dans un Relais Château, au bout de trois jours, il faut qu’il rentre… ». Vanessa Paradis, aussi, mais elle ne fait rien sans ses enfants…



- Le service après-vente…Parlez-moi du service après-vente…Les contacts sont gardés, on se reparle après l'émission ?
- Les gens me demandent souvent pourquoi nous pleurons autant, si vraiment nous pleurons autant et je leur réponds toujours qu’en Mongolie on nous voit pleurer quatorze secondes à l’image alors que nous avons pleuré deux fois quatre vingt dix minutes. Pourquoi ? Songez aux nombre de fois dans une existence où on dit adieu à quelqu’un…Mais vraiment « adieu »…Adieu pour de bon…C’est impossible de se revoir, même en le voulant, cela prend sept journées de voyage aller, dans des conditions effroyables pour revenir chez les Korowaï…Tout ça pour dire qu'il n'est pas aisé de garder un contact.


Cependant sur chaque tournage nous avons deux traducteurs, la plupart du temps, et ils vivent dans des villages non loin des lieux de tournage. On a donc des nouvelles de temps en temps, via un missionnaire, sur une petite piste d’aéroport, au fond du monde. C’est ultra compliqué budgétairement mais j’aimerai donner, à la fin de l’année, des nouvelles aux téléspectateurs de tous ces gens, tout au long d'une émission en direct durant laquelle les téléspectateurs pourraient nous poser des questions, aux invités, à moi. On reverrait des scènes inédites, mais aussi des scènes que tout le monde a aimé, on prendrait des nouvelles des anciens.









- Vous éprouvez parfois la « tentation de l’humanitaire », le besoin pressant et déculpabilisant de filer cinquante euros le jour du départ sans réfléchir ?
- Beaucoup d’anglo-saxons qui font du documentaire font une énorme connerie : ils donnent une liasse de dollars avant de partir, ce qui cause un chaos monstre. Franck Desplanque (qui passe deux mois sur place avant notre arrivée) demande à la communauté de quoi elle a besoin : un puits, un moteur de pirogue…Un besoin non satisfait que nous couvrons, donc, mais toujours pour la communauté. Ensuite, les gens qui sont avec nous pendant le tournage du film ne travaillent pas : nous indemnisons logiquement le travail non effectué. Au maximum, à titre d’indemnité, nous donnons trois fois ce qu’ils auraient gagné si nous n’étions pas venus interrompre l’activité économique : pas dix fois, trois fois.



- Ils vous demandent des souvenirs ?
- Oui, nous leur offrons un Polaroid.



- Et vous, vous avez besoin de souvenirs ? Je présume que les Korowaï ne vendent pas de magnets pour le frigo ? (rires)
- Dans le film ils nous ont offert un bouclier, je le vois tous les matins quand je me lève, c’est très émouvant. Zazie leur a offert deux chansons et sa guitare, sinon…Tout le monde pleurait…C’est une très belle séquence.


- Quel est le plus grand à-priori personnel levé par l’émission ?
- J’ai plein de défauts, plein, mais par contre je n’ai pas d’à-priori : j’ai une vision très existencielle du voyage et je m’adresse aux gens de la même façon, quelque soit leur rang ou leur éducation ou leur origine. Du coup je ne pense rien de spécial sur les gens avant de leur parler. En revanche, pour le public, ce qui me plait, c’est de leur montrer que nous sommes identiques, sur la planète, comme Oleg chez les NENETSES qui nous dit (sans une once de naiveté) : « On est tous pareils »…Cela me renvoie régulièrement à cette chanson de Maxime le Forestier : « Né quelque part ».




- L’émission est quand même très orientée "politiquement"...


- (Il hausse les sourcils)...


- Oui, sur la condition féminine, je trouve que c’est le seul vrai message caché (ou pas) que vous délivrez dans chaque programme : la place de la femme, la condition de la femme.
- C’est vrai, c’est totalement vrai. C’est mon constat : il ne fait pas bon être une femme dans le monde aujourd’hui. Je le sous-entends à chaque fois, dans chaque film : après les gens le comprennent...ou pas.



- Quelle leçon de vie retiendrez-vous de toute cette expérience ?
- Je vois des individus qui résistent, qui sont adaptés à leur environnement et qui ne le subisse pas. J’ai fait des années de psychanalyse parce que j’étais obsédé par l’idée de subir mon environnement, d’être une victime de mon époque. La leçon de vie que je retiens de « Rendez-vous en Terre Inconnue » ? Un être humain a le pouvoir de choisir sa vie, quelque soit l’environnement.



- Et plus prosaïquement ? Que retenez-vous de ces immersions totales sur le terrain ?
- Le lâcher prise. Avant de partir à Madagascar, j’avais soigneusement protégé dans deux emballages plastifiés mes clefs, ma carte bleue et mon passeport, je n’avais qu’une trouille, les perdre, comme si je risquais de ne plus exister si je les égarais en cours de route.


Je pensais perdre mon identité à mon retour comme si ma place dans la société était uniquement liée à mes papiers de sécu…Il y a un tel lâcher prise dans ces immersions que j’en suis réduit au strict minimum : ma condition d’être humain. J’adore ça. Être réduit à sa condition d’être humain vous procure un sentiment de vie indécible : ce n’est pas grave d’avoir les pieds mouillés, ce n’est pas grave de ne pas se laver les dents avant le dodo. Je redeviens un être humain qui vit dans l’instant, comme eux, eux qui ne stockent pas leur nourriture : je ne suis plus dans le prochain rendez-vous, dans l’anxiété, je suis là, maintenant ici et tout de suite.


---------


Pour revoir les films, cliquez sur l'image :







Télévision : Rendez-vous en Terre Inconnue
Posté par William le 30/6/2009 8:30:00
Télévision

Troisième et avant-dernière partie de la rencontre avec Frederic Lopez. "Rendez-vous en Terre Inconnue", c'est ce soir à 20h35 sur France 2. Zazie part chez les Papous cannibales (si, si !)








- L’émission est scénarisée ?
Oui, le programme de la semaine est établi par les gens qui nous reçoivent. Repartons à la genèse : nous travaillons huit mois sur une émission, deux journalistes scientifiques plus mon rédacteur en chef réunissent toute la documentation scientifique qui existe sur la destination. Parfois il n’y a RIEN (comme en Ethiopie) : on ne sait pas comment vit le peuple, comment il s’habille, de quoi ils vivent.


Mon rédac’ chef part ensuite, tout seul, avec son sac à dos, son appareil photo et un traducteur, bien sûr. Il parcourt la steppe pendant deux mois, dans des endroits fous, un habitant tous les quinze kilomètres, il parcourt la jungle, le désert, les montagnes. Pour l’Ethopie, il est allé de village en village, en parlant à tout le monde. Nous savons précisément ce que nous cherchons : un être exemplaire. En toute simplicité. Et les rencontres que mon rédac chef fait l’aident à le trouver. Nous cherchons un être exemplaire : on verra plus tard dans le film comment on le situera, s’il est représentatif ou s’il est “l’arbre au milieu du torrent”. A travers l’histoire de sa famille, nous devons comprendre l’histoire de son peuple. Il suffit donc simplement de poser la question aux gens : “connaissez-vous un être exemplaire ?”.


Régulièrement on nous oriente vers un type, dans la vallée, qui est connu pour tel fait, tel acte. Bien sûr le type a toujours la possibilité de dire non...Souvent mon rédac chef m’appelle, au bout du rouleau, gelé dans sa petite tente à moins 40 et il désespère : “je n’ai trouvé personne d’exceptionnel, je rentre ?” et moi je lui dis “mais non, mais non, insiste encore un peu…”



- Et quand il le rencontre, ce gars exceptionnel, il lui dit quoi ?
“Si on vient filmer chez toi, qu’est-ce qu’on va faire ?” Ils nous proposent alors un programme dense et, bien sûr, nous gardons le plus spectaculaire pour la fin du programme. Souvenez-vous de la pêche miraculeuse chez les Dogons : c’est en ça que le programme est scénarisé, nous n’allons pas montrer la séquence la plus forte en début de film, ce serait un non-sens dramatique.


- Vous tournez à combien de caméras ?
Deux. Et nous ne refaisons jamais une prise : c’est pour ça que le réalisateur est le meilleur du monde, il doit être tout le temps sur le coup, et le plan doit être beau à chaque fois. L’avant-dernier jour nous réalisons des plans de coupe avec une toute petite grue télescopique qui se porte dans un sac de sport. Et enfin, le dernier jour, quand c’est possible, un hélicoptère vient faire quelques plans d’en haut.


L’émission est si bavarde qu’il faut l’aérer, sinon c’est de la radio ou presque. Je ne sais pas si vous vous rendez-compte de la proportion de discussions sur le programme total : ça parle, ça parle, ça parle ! Il faut pouvoir intéresser les gens quand en face nous nous battons contre les meilleurs scénaristes du monde, ceux des “Experts” et des “Desperate Housewives”.


- A la base, vous aimez le camping ?
C’est drôle comme question, pourquoi me dites ça ?


- Parce que moi, vous me payez un million, j’y vais pas. Dormir dans la jungle avec des mygales grosses comme des autobus, merci bien…
Je n’en suis pas sûr. C’est l’aventure.


- L’aventure qui sent pas très bon au petit matin...
Et alors ! Qu’est-ce que je m’en fiche de pas me laver pendant quinze jours ? Bon, d’accord, la première fois, ça m’a fait bizarre...Mais on s’y fait !



- Mais dormir par terre ? Déféquer dans la neige par moins quarante ?
Ce n’est que pour quinze jours ! C’est pas très grave si c’est compliqué...C’est la beauté de l’aventure de ne dormir que deux heures dans la nuit. Vous allez le voir ce soir, dans le film. Vous n’imaginez pas les nuits qu’on passe, chez eux, ils n’arrêtent pas de chanter, même à trois heures du matin. Mais on s’en fichait, avec Zazie, nous n’arrêtions pas de dire “Mais regarde où on est !!” (avec l’accent d’Adriana Karembeu, c’est encore plus drôle, ndlr)








- Dans l’émission de ce soir, ce qui m’a stupéfait, c’est le traitement de la nudité. On oublie totalement que le film est plein de gens à poil. Ils sont énormément respectés pendant 90 minutes, c’est filmé avec pudeur.
C’est la même chose sur place : vous y prêtez attention pendant un quart d’heure et après vous oubliez qu’ils sont tous nus. Ca peut être drôle, d’ailleurs, quand vous réalisez une interview assis, un moment hyper sérieux, hyper fort et que vous voyez le réalisateur hilare parce que derrière, depuis le début, personne n’y a prêté attention mais un type est debout, pénis face caméra et on ne voit que ça sur le film pendant que je parle ! Une fois de plus le talent du réalisateur est là, se rendre compte de ce qu’il passe au quotidien et se mettre à la place des gens qui vont le découvrir à froid, un an plus tard.


(Dernière partie demain)


Pour acheter le dvd, cliquez dessus :







Télévision : Madonna, Florence Foresti et lui et lui (2)
Posté par William le 29/6/2009 7:40:00
Télévision

Suite de l'entretien exclusif que m'a accordé Frédéric Lopez. On revient sur l'hilarante séquence "Madonna pardonne à Florence Foresti", l'avenir hollywoodien de l'émission et bien d'autres choses. Deuxième partie, à découvrir.


Rendez-vous en Terre Inconnue : Zazie en Papouasie, demain mardi 30 juin sur France 2, 20h35 (le lien qui dit tout)


-------------


- J’ai lu je ne sais plus où que vous vouliez demander à Madonna de participer à “Rendez-vous en Terre Inconnue”. C’est votre copine, Madonna, depuis que vous lui avez posé une question pour Florence Foresti...Quelle séquence incroyable !
- J’ai manqué me faire lyncher par cent cinquante journalistes en sortant, oui, mais quel moment incroyable, vous avez raison (rires) !









- Vous saviez que Florence Foresti était fan de Madonna ?
- Oui. Florence Foresti, si elle serre la main du cousin de la voisine du beau-frère qui habite à côté de l’ingénieur du son qui a travaillé sur le dernier album de Madonna, elle tombe dans les pommes. On a donc monté le coup, je vous passe les détails de l’organisation, c’est un vrai cauchemar, il faut remercier dix personnes. Je revois encore Catherine Barma, la même que dans les sketchs de Florence qui me balançait “mais Frédéric, ARRÊTE de rêver ! Tu l’auras jamais ta question ! ”.


Grosse pression donc mais je savais que même si Madonna ne répondait pas, simplement en posant ma question, simplement en citant les deux noms dans la même phrase (“Madonna, do you forgive Florence Foresti ?”)...Je savais que rien que cette phrase suffirait au bonheur de Florence Foresti et j’ai donc foncé. On m’avait bien briefé avant : Madonna envoie balader quand elle n’aime pas une question, Madonna ne répond jamais à plus d’une question, Madonna ne répond pas quand elle ne comprend pas la langue et j’ai l’accent d’Arafat en anglais, etc.



- Surtout que vous n’étiez pas le seul journaliste présent…
Nous sommes cent cinquante pour 26 minutes d’interview et l’attachée de presse qui donne la parole, celle qui vous accorde le micro nous reçoit juste avant pour entendre les questions. Je lui parle de la mienne, elle secoue la tête “Not a good question, next !” Raté. Soudain, pendant la conférence, un journaliste pas loin prend la parole. A la fin de la question, il laisse traîner son micro sur ses genoux et Thierry Colby, un ami, qui est assis juste à côté du gars le saisit et me le tend. C’est maintenant ou jamais. Je me lève, je regarde Madonna droit dans les yeux pour capter son attention pendant que l’attachée de presse, sur le côté, agite les deux bras, furieuse, comme un moulin à vents. Madonna ne la voit pas, elle me fixe et je sais que si jamais elle tourne la tête à droite, elle va voir l’attachée de presse et comprendre que je ne suis pas habilité à parler...


Alors je débite mon laïus mille fois répété les deux jours avant, je parle, je parle, sans vraiment poser de question. Je reviens sur l’adoption de son enfant au Malawi et sur le déluge de critiques qui lui est tombé dessus, dans le monde entier. Journalistes, humoristes, tout le monde s’en est donné à coeur joie. J’affirme que ça ne doit pas être une période facile pour elle face à cette avalanche de mauvaises ondes, émanant parfois de ses fans, dont Florence…et…à la fin, enfin, je pose LA question: ”Alors, Madonna, pardonnerez-vous un jour à Florence Foresti ?” Ce qui est drôle c’est que Florence fait partie du petit nombre d’artistes qui fait une parodie tout en se sentant coupable de blesser un autre artiste : elle ne dort pas avant de tourner le sketch, elle ne dort pas après sa diffusion, elle aime vraiment Madonna...qui me répond en souriant. Et la séquence est dans la boîte.



- Bon, alors, c’est quoi cette histoire de Madonna dans “Rendez-vous en Terre Inconnue” ? C’est du sérieux ? C’est un appel du pied ? C’est juste pour dire que vous voulez une star et si c’est pas Madonna, ce sera Céline Dion ?
- Excellente question. Il faut que vous sachiez que j’ai refusé énormément d’argent de sociétés de production étrangères pour adapter le format chez eux : j’ai refusé, point. C’est une petite fierté parce que “Rendez-vous en Terre Inconnue” ne gagne pas d’argent, c’est une superbe carte de visite mais elle ne fait pas de moi un milliardaire, loin de là…



- Pourquoi avoir refusé ?
Parce que je veux pas que le monde entier aille emmerder les Korowaï ! Moi je sais comment on fait l’émission, dans quel contexte, avec quelle éthique, comment on brûle nos déchets ou notre pq sur place. Je maîtrise globalement notre “empreinte bio-documentaliste”. En vendant le concept, je perds la gestion du projet : je ne sais pas dans quelles conditions ils vont se rendre sur place, ces gens-là. Donc mon seul moyen de faire passer ce message humaniste dans le monde entier, ce serait d’inviter une star américaine et de me rendre avec elle, sur place. Une vedette d’Hollywood, c’est quelqu’un de connu dans le monde entier et nous pourrions toucher plus de téléspectateurs, sur toute la planète. J’ai donc émis l’idée d’inviter une star…



- Une qui ne serait pas dans l’ego, aussi, alors.
- Oui. Et l’histoire de Madonna est simple : j’étais à un dîner, je posais la question “Quelle est la star mondialement connue qu’il faudrait inviter pour donner au programme un retentissement mondial ?” Madonna, bien sûr. Je pense que c’est possible parce que cette femme n’a qu’un seul mot à la bouche…



- “Fuck” ?
- (rires) Nooooon. “Compassion”. Elle est obsédée par ça. La compassion. Après, bon, Mirwaïs m’a expliqué que même si elle adorait l’idée, il y a une telle pression dans son entourage...Madonna est la poule aux oeufs d’or...Donc...Sinon j’ai pensé à Leonardo Di Caprio…



- Rien que ça...Bonjour l’Himalaya à grimper !
- Mais vous n’avez pas encore compris que je suis un fou ? Moi, plus il y a d’obstacles à franchir, plus je suis excité. J’adore entendre les ricanements des gens qui pensent que je vais me planter. Sept ans de galère avant “Panique dans l’oreillette”, un découvert dont je ne vous parle même pas à la banque et, en 2009, une émission vendue à dix pays dans le monde ! Je sais au fond de moi que la star américaine dans “Rendez-vous en Terre Inconnue”, elle viendra. Ce n’est qu’une question de temps.


------


Cliquez sur l'image pour acheter le dvd :




À suivre...





Télévision : Frederic Lopez : Humaniste sans le savoir (1)
Posté par William le 27/6/2009 17:20:00
Télévision

Parmi les plus belles choses qui m'arrivent, c'est cette possibilité d'aller poser les questions qui me trottent dans la tête directement aux personnes concernées qui me fait le plus plaisir. Frédéric Lopez : lumineux, humaniste, absolument pas dans l'ego, inconscient du bien-être qu'il procure. Très belle rencontre. Première partie.
-----

Avant de retrouver Zazie mardi soir (oui, dans quatre jours !) sur France 2, rencontre exclusive et entretien en plusieurs parties avec Frédéric Lopez, l'homme derrière deux concepts qui cartonnent en ce moment. Normal, "Rendez-vous en Terre Inconnue" est le programme le plus intelligent, le plus humaniste que vous verrez de votre vie, en allumant une télé.


Frédéric Lopez, bonjour. Question simple, pour commencer...Qui choisit les destinations ?


Nous travaillons sur six destinations en même temps. Le problème le plus compliqué, ce sont les autorisations : il m’a fallu attendre quatre années pour avoir le droit de filmer chez les Korowai, l'émission que vous verrez mardi. Quatre ans, vous vous rendez compte ? C’est long, quatre années, dans une vie d'homme. Mais juste à côté du lieu de tournage se trouvait une mine d’or, nous étions en plein milieu d’une zone ultra-militarisée.









La Sibérie, les nénètses, même problème : tournage juste au-dessus du plus gros gisement de gaz du monde. Ce sont des endroits “sensibles”, souvent. Donc déjà, même si je sais que le tournage aura lieu en Octobre, trois mois avant je n’ai pas encore eu l’autorisation de partir. C’est pour cette raison que nous avons jusqu’à six destinations prévues en même temps.


Deuxième gros souci : la météo. Il faut tenir compte de la neige, de la mousson, tous ces éléments qui vont jouer contre les activités. Nous allons rendre visite à des peuples en milieu rural dont le mode de vie est dépendant de l’environnement. Venir à une certaine période de l’année équivaut à venir pour ne rien filmer : ils ne vont pas à la pêche ou aux champs. Imaginez un film d’une heure quarante où il ne se passerait rien...Nous y allons au moment où il y a le plus d’activité dans l’année. Dernier critère : nous allons dans un endroit où l’invité n’est jamais allé auparavant !


Ah oui, c’est tout bête, je n’y avais jamais pensé.


C’est arrivé une fois. Evidemment cette personne n’était pas allé spécialement à cet endroit-là mais elle connaissait le pays. Mon effet d’annonce serait gâché, dans l’avion. C'est important : l'invité ne connaît pas la destination.


N’importe quel invité pourrait aller n’importe où ou vous affinez selon la personne ?


Dès que nous obtenons le feu vert, il peut arriver que nous ayons le choix entre deux destinations. Dans certains pays où la place de la femme dans la société est très compliquée, nous emmenons justement une invitée car nous savons qu’il sera plus aisé d’accéder aux femmes, à leur discours, à leurs pensées.


D’autres peuplades sont connues pour être rieuses : je sais que si je viens avec un humoriste, on va passer un excellent moment. En Ethiopie, où le sujet de l’excision va être forcément évoqué, un sujet compliqué, pas forcément facile à emmener sur un plateau télé, je me dis qu’emmener Adriana Karembeu est un bon choix.



Elle est quelqu’un de lumineux, d’intelligent : nous allons pouvoir grâce à elle attirer les regards sur un sujet de société compliqué. De plus, l’entendre parler des rapports conjugaux à une enfant de douze ans, mariée de force et la voir rebondir en tant que femme sur d’autres questions me rassure : je ne sais pas si j’aurais été capable, moi, d'enchaîner et de poursuivre la discussion avec la jeune épouse. Je choisis Adriana pour ce qu’elle incarne, pour la confronter à un autre mode de vie dont il faut parler. Nous “utilisons” l’invité pour mettre en valeur le comportement de l’autre...et l’invité nous surprend souvent en repoussant ce que nous avions imaginé.


Vous, je le vois dans l’émission, vous n’êtes pas dans l’ego. En retrait. Humble. Vous vous effacez devant le programme. Comment faites vous pour trouver des invités qui eux aussi ne sont pas dans l’ego ?


D’abord je choisis des gens avec qui j’ai ENVIE de partir ! Je pars TROIS SEMAINES avec eux, rendez-vous compte...Trois semaines ! Trois semaines en mode fusionnel : on dort par terre, on mange par terre, etc. Moi je cherche des gens authentiques : des gens qui sont suffisamment bien dans leur ego pour ne pas avoir à se poser de questions face caméra. Des questions du genre “Si je dis ça, que va t’on penser à Paris, dans le microcosme ?”...Impossible de tourner trois semaines dans ces conditions.


Il me faut vraiment un invité qui lâche prise, quelqu'un qui me fait confiance, qui ne passe pas son temps à demander comment on le filme, dans quelles conditions. Je ne le sais pas toujours à-priori, je ne connaissais pas Zazie, par exemple, mais les autres, je peux les avoir rencontré lors d’interviews, bien des années avant. J’ai un critère : dans la vie comme chez les people, 80% des gens parlent d’eux, la plupart du temps. Moi je cherche des humains capables de poser des questions spontanément, pas uniquement lorsqu’ils sont filmés. Je cherche des gens qui vont aller vers l’autre et qui vont “kiffer”, tout simplement...Dernier critère : il me faut des gens stables psychologiquement, pas excités comme des puces avant de partir et qui voudraient revenir au bout de deux jours. Ca existe.


Ca peut arriver ?


Probablement. Mais j’ai une phrase clef toute prête dont je ne me suis jamais servi, encore : “Souviens-toi que toi tu as un billet retour. Pas eux”...Mais je n’ai jamais eu besoin de la prononcer, mes invités ont tous pris leur pied. Je me souviens d’Edouard Baer qui passait son temps à vouloir être seul sans caméra, avec eux, ce qui ne m’arrangeait pas, bien sûr ! Il s’éclatait totalement.









Dites, tout de même, c'est de la télé, que vous faites. C’est scénarisé parfois un minimum, parfois énormément. Vous me certifiez que vos invités ne savent pas où ils partent ?


Mais bien sûr ! Ils ne veulent pas savoir où ils partent, il est là aussi leur plaisir ! Ils en voudraient énormément à quelqu’un qui leur gâcherait la surprise, d’ailleurs…Quand ils essaient les vêtements avec les stylistes on briefe les filles pour qu’elle ne donnent pas plus de chaud que de froid. On lance de fausses pistes : nous envoyons des mails la veille à Charlotte de Turckheim sur un oubli d’essai de moufles...ce qui la persuade, le lendemain, qu’elle part dans un pays chaud. Elle est même catégorique ! (rires)


Même chose pour les vaccins, à l’institut Pasteur, le médecin est une tombe qui ne dit rien. Enfin, à l’aéroport de Paris, 35 personnes travaillent dans l’ombre pour réussir la surprise, du personnel d’ADP à la préfecture de police, 35 personnes ! C’est très excitant, non, le moment de la révélation de la destination, à bord ? Non, pas spécialement car je sais qu’il nous reste trois semaines à vivre ensemble. Nous réalisons un film : ok l’effet d’annonce est bon, soit. Mais après ? Il faut tenir une heure quarante. Tant que nous n’avons pas mis en boite les adieux, je ne sais pas à quoi va ressembler le documentaire. Je ne savoure pas vraiment avant le dernier tour de manivelle.


Vous la regardez, l’équipe, quand ça tourne, sur place ? Parce que si l’invité est immergé, vous, juste à côté, vous êtes en train de tourner un film...


Par réflexe, oui. Quand il se passe un truc fort je jette simplement un coup d’oeil pour vérifier qu’ils ne le ratent pas. Coup d’oeil qu’on enlève au montage, bien sûr. Mais quand l’invité et moi pleurons, ce que vous ne voyez pas c’est que le traducteur pleure aussi, que le cameraman pleure aussi, le preneur de son pleure aussi…Ca me rassure pour le film car je me dis que si je vis un truc fort les gens qui nous regardent vivent aussi un truc fort.


Vous me dites “ne pas savourer avant le dernier tour de manivelle” mais vous ne vivez pas même un petit peu le moment présent, pendant le tournage ?


Si, si, bien sûr. De plus en plus, en tout cas, de plus en plus. J’ai joué ma carrière sur cette émission. Je ne suis pas joueur, pas du tout et au début j’avais la peur au ventre de ne pas y arriver, de retourner au chômage, à nouveau. Je me suis détaché de cette angoisse, j’arrive à “prendre mon pied” sur les tournages.


Ceci dit, même au tout début de l’émission, dans la période d’anxiété, je me revois, je n’étais pas filmé, nous étions au delà du cercle polaire, sur un traîneau de rennes, entouré de lumière incroyable qui n’existe que là-bas...C’est indicible, il n’y a pas de mots pour raconter le bruit des sabots dans la neige, le soleil qui se couche pendant de longues, longues minutes comme une étrange éclipse dans un film de science-fiction. L’émotion nait alors que je ne l’attendais pas et me submerge : “Waouh, j’aurai vécu ça, moi aussi, dans mon existence, une fois, avant de mourir.” Ca m’est arrivé plusieurs fois pendant les tournages, de décrocher du mode “je suis en train de travailler” pour passer en mode “je suis en train de vivre”.


Ou de mourir ? Quelle angoisse quand Charlotte de Turckheim vous presse de rentrer alors que la nuit tombe...Moins quarante degré...Vous n’avez pas peur ?


Non, notre guide avait l’air tellement cool…. (à suivre)









Rendez vous en Terre inconnue : Charlotte de Turckheim chez les Nénètses (extrait3) - Ma-Tvideo France3
Acheter ce film en cliquant sur l'image :





Rendez-Vous en Terre Inconnue c'est mardi soir, à 20h35, sur France 2. Zazie se rendra en Papouasie avec Frédéric Lopez.



À suivre...





Télévision : Deux questions qui font du bien (10)
Posté par William le 31/5/2009 7:40:00
Télévision

Deux questions à...un inconnu, une inconnue. Ou pas ! No names.
Les cadrages sont maison. Filmé sur une Flip Mino HD.
Ce sera toujours les mêmes questions.
Première question : quel est le meilleur conseil qu'on vous ait jamais donné ?
Deuxième question : Quand ça ne va pas, à quelle image positive pensez-vous pour vous faire du bien ?

Jérôme :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo





Télévision : Je suis dans le poste, youhou
Posté par William le 18/11/2008 4:00:00
Télévision

Hello !
Je suis invité en direct de Vivement Dimanche l'émission "Le Magazine de la Santé" aujourd'hui entre 13h35 et 14h30, pour toi ami rmiste qui compte les heures en journée, ou toi femme enceinte qui va donner la vie dans quelques heures, en regrettant de ne pas avoir dit oui à la péridurale, finalement, dans le fond, quand tu y réfléchis bien, alors qu'une courge gluante d'une taille gigantesque te détruit lentement le plancher pelvien, sous le regard agacé d'une équipe qui n'attend que toi pour aller enfin manger.
L'émission est visible ICI sur ce lien..
Rediffusion ce soir, toujours sur France 5, de 19h à 19h50. J'adore l'effet sur les ventes Amazon (si seulement...)





Télévision : Chloé, Je veux tout de suite ce numéro
Posté par William le 1/10/2008 19:40:00
Télévision



Les petits malins auront déjà tout vu sur le web, les quatre premiers épisodes étant déjà disponibles (volés ou... ni vu, ni connu, distribués online par un petit malin de la chaîne de télé). Hay que viva el Marketing !
Jack Bauer revient et il n'est pas content. Six ans. Six ans que nous sommes scotchés devant Bauer, son portable, son 4x4, ses crises de violence, Chloé, Kim, etc etc.

La saison 5 le laisse dans un sale pétrin. Rendez-vous ce soir sur FOX à 20h (heure de là-bas). FOX, vous regardez jamais ? C'est l'info la plus objective, la plus creusée, la plus francophile et la plus respectueuse que peut produire une chaîne républicaine, produite par des WASP pour des WASP, aimant bien aller au temple et non-ratifier des protocoles de Kyoto. Un vrai bonheur, FOX !
(Je confonds Fox et Fox News).


Ce moment McDreamy vous était offert par Life de cette semaine. Grey's anatomy, c'est mon petit plaisir honteux à moi que j'ai. On peut difficilement faire plus numéro 5 nunuche de chez nunuche, eau de rose qui dégouline, culotte à fleurs "mon petit poney" et alors ? Et alors ? Dès que j'ai cinq minutes, je me regarde un épisode.


Pour ceux qui suivent la série en anglais, voici un récapitulatif des surnoms de Patrick Dempsey. Ah, docteur. Docteur, je défaille. Moi, en service, un comme ça et je peux plus bosser, je peux plus bosser !

1. McDreamy
2. McMarried
3. McBastard
4. McDouchey
5. McDog
6. McLife
7. McSteamy
8. McVomit
9. McHot
10. McYeah
11. McVet
12. McGuilty
13. McBaby
14. McNasty .
15. McHottie
16. McBitchy
17. McTherapy Session
18. McFrickin Code of Silence
19. McSex

Heureusement, pour faire retomber la pression et que les infirmières puissent enfin se concentrer, ils ont embauché Eric Dane. Voilà, déjà, là, on a plus le cœur à bosser. Pour mémoire, Eric Dane, le Dr. Mark Sloane, c'est lui (scène issue de la saison II) :


Hein, tout de suite, on a envie d'aller distribuer les médicaments, débarrasser les plateaux-repas, se gratter les fesses et bayer aux corneilles en public.





« 1 ... 3 4 5 (6)
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Se souvenir de moi

Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
Découvrez mes livres


Le chemin qui menait vers vous

Robert Laffont
(Sortie le 17/02/11)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Tous ces jours sans toi

Editions Plon
(Sortie le 26/08/10)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

J'ai Lu
(Sortie le 09/02/11)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

J'ai Lu
(Sortie le 28/08/2010)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!

Je suis partout !

Actualités, médias et people mais pas que... sur "Le Post"


- - - - - - - - - - - - - - - - -
Mon blog précédent : "Ron l'Infirmier"



Qui est en ligne
4 utilisateur(s) en ligne (dont 4 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 4

plus...
Nouveaux inscrits
emy7890 19/2/2012
lolo67870 7/2/2012
A.S 28/12/2011
cat'seyes777 22/10/2011
monochrome 26/9/2011
fred 22/8/2011
Kedem 10/8/2011
val 9/8/2011
corgre 21/7/2011
lara 19/6/2011
Boîte à outils
Rechercher sur le blog
Commentaires récents
citations 20/7/2014 17:12
Merci pour votre livre 19/9/2012 14:58
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 20:05
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 16:27
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 12:04
Re: La dame qui tirait les cartes 20/2/2012 23:26
Re: La dame qui tirait les cartes 19/2/2012 9:10
Re: 5 regrets avant de mourir 19/2/2012 7:58
Re: Ecriture 19/2/2012 7:43
Re: Les peurs 6/2/2012 17:02
Re: Les peurs 6/2/2012 12:21
Re: 5 regrets avant de mourir 6/2/2012 8:29
Re: Ecriture 4/2/2012 21:11
Re: Ecriture 3/2/2012 6:42
Re: Ecriture 3/2/2012 0:03
Re: 5 regrets avant de mourir 2/2/2012 19:43
Re: Ecriture 1/2/2012 23:23
Re: Les peurs 1/2/2012 18:41
Re: Les peurs 1/2/2012 18:30
Re: Ecriture 1/2/2012 18:12
Re: Partir, revenir 1/2/2012 10:46
Re: Les peurs 1/2/2012 2:46
Re: Partir, revenir 1/2/2012 0:44
Re: Les peurs 31/1/2012 20:07
Re: Ecriture 31/1/2012 20:05
Re: Ecriture 31/1/2012 16:40
Re: Ecriture 31/1/2012 16:31
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 22:27
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 21:07
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 12:30
Re: Samedi 223 : Solitude 29/1/2012 14:28
Re: Samedi 223 : Solitude 29/1/2012 12:58
Re: Samedi 223 : Solitude 28/1/2012 23:25
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 27/1/2012 19:56
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 27/1/2012 6:57
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 21:29
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 18:58
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 11:10
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 11:06
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 23/1/2012 15:17
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 22/1/2012 10:57
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 15/1/2012 16:45
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 10/1/2012 1:02
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 6/1/2012 16:23
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 19:28
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 16:14
Re: Mercredi 248 5/1/2012 11:14
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 11:12
Re: 240 4/1/2012 10:19
Re: 239 3/1/2012 23:03