Sexe : Ta sexualité sur ton visage
Posté par William le 15/4/2011 19:10:00
Sexe

Il ne voulait pas que je sache, pas de suite, du moins. Il avait peur de ma réaction. Il tournait autour du pot, hésitait encore à m'en parler. Je sentais tellement de gêne dans sa voix mais tout autant d'excitation. Je me demandais bien ce qu'il avait tant de mal à cacher. Une sexualité si alternative qu'elle nécessiterait plus d'une heure d'approche, de préparation, entre deux adultes consentants, autour d'un verre ?



Allons.



Et puis là, pendant les deux ou trois minutes qui durèrent peut-être moins, je me mis à le regarder avec attention. Réellement le regarder. Ses yeux bleus clairs, ses cheveux châtains. Ses dents blanches, fines, adorables. Cette peau impeccable qui n'accusait pas comme la mienne une décennie dans la trentaine. Il avait le temps de voir venir. Lui. Je regardais ses mains, ses ongles, ses chaussures finement cirées. Sa montre élégante, son portable à la mode.



Son parfum ne trahissait rien de particulier, ni ses lectures : un mensuel masculin dépassait de son sac. Il lisait un roman, aussi, un "Japonais", dont on lui avait dit le plus grand bien. Et il revenait de vacances en Corse, pour la première fois. Il souriait, en disant ça, comme s'il était persuadé d'y revenir avant la fin de l'année, probablement avec moi.



Rien en lui n'indiquait quoi que ce soit sur sa sexualité, rien. Sa conversation brillante, son choix d'adjectifs pour qualifier mon travail, qu'il connaissait, ses questions précises sur mon ressenti après dix jours à New York. Pas même l'évocation fugace d'un garçon que nous avions semble-t-il en commun ne put me renseigner sur ce qu'il aimait faire, nu, dans un lit.



Je me pris à regretter que la sexualité des gens ne soit inscrite sur leur visage, parfois et puis, en y réfléchissant bien, car nous arrivions au terme du temps que je m'étais imparti, je me dis que cette excitation montante après tout m'allait bien. A quand remontait la dernière fois où je ne m'étais pas ennuyé au bout de dix minutes en présence d'un garçon inconnu ?



Il a tapé du plat de la main sur la table et puis il m'a dit :

- Soit ! Voilà. Je me lance à l'eau. J'aime...J'aime les garçons qui écrasent des choses avec leurs pieds. Des objets...ou de petits insectes. Ou des vers, même. J'aime ensuite regarder la semelle de leurs chaussures et la lécher, longuement. Je ne sais pas d'où cela me vient mais...Telle ma sexualité. Qu'en penses-tu ?



Je fus tellement abasourdi par cet univers qui venait de s'ouvrir sous mes pieds que je ne dis rien. En le raccompagnant au métro, je vis une chenille sur le coté du trottoir. L'idée de l'écraser juste pour vérifier son fétichisme (derrière une porte cochère, dans une arrière cour, va-y montre moi, fais le, oui, comme ça, fascinant, continue) me traversa l'esprit un instant mais je n'en fis rien. Je portais des baskets et il n'aimait lécher que les chaussures en cuir.





Sexe : Sexy Guy & Paparazzi par intérim
Posté par William le 3/10/2009 16:00:00
Sexe




Planqué dans mon bar, je repère ma proie que je mitraille ni vu, ni connu. Du moins au début. Il fait des allers-retours entre son bar, sur la plage et mon restaurant, en dur, un peu plus loin. Marseille. Caliente. Il a une tête à s'appeller Thomas, non ?



















Grillé !!








Sexe : Alex Taylor
Posté par William le 22/3/2009 8:40:00
Sexe

Retrouvez en exclu la version intégrale de l'interview parue dans Voici, cette semaine, d'Alex Taylor.
Alex Taylor a cinquante ans,il est journaliste, il habite à Berlin et vous le connaissez mieux comme le beau brun sec à l'accent British qui animait les matinales, sur France 3, il y a quinze ans. Dans "Journal d'un apprenti pervers" (Editions JC Lattès), Alex nous dévoile sans fard tout un pan de sa personnalité bien plus... cuir et 100% virile. Jeux dangereux entre adultes consentants, il suffit de lire le livre pour constater que votre sexualité est peut-être un poil trop classique pour mettre ce gendre idéal dans votre lit.
Allez, on sort le fouet, le cuir et les chaînes et place aux hommes à moustache qui aiment quand ça crie. Interdit aux chochottes, aux mineurs et aux lectrices de Nous Deux.
Une interview de Julien Chevrier & William Rejault. Copyright Voici/Prisma Presse 03-2008.



La couverture du livre d'Alex Taylor


La couverture du livre d'Alex Taylor




Alex Taylor, quelle classe. Le costume cravate cintré, la bonne mine. Vous vous entretenez ?

J'ai un coach sportif à domicile, c'est un de mes seuls luxes... La tenue costume-cravate, c'est pour vous, je tenais à m'habiller correctement, pour changer des récentes photos de moi en cuir parues dans la presse.

Ce livre sur votre vie sexuelle « d'apprenti pervers » regorge d'anecdotes incroyables sur vous ! On a un peu de mal à vous croire...

Oui mais tout ce que je raconte dans le livre est vrai pour une bonne raison : j'ai voulu effacer mon image, j'ai voulu tuer « Alex Taylor ». Pendant dix ans, j'ai fait des émissions de radio et de télé sur l'Europe, en me levant tôt tous les jours, pour me rendre compte que personne ne s'intéressait à l'Europe ! Cet Alex Taylor là était moribond... Je pourrais très bien faire une carrière de Stéphane Bern anglais, vous savez. Pour les élections ou la constitution européenne, personne ne m'appelle ! Mais dès lorsqu'il s'agit de la famille royale, de Camilla Parker-Bowles, je reçois soixante messages sur mon portable, on me demande mon avis. Ce n'est simplement pas mon truc, ça ne m'intéresse pas. Comment le tuer ? En écrivant toutes les choses bizarres que j'aime pratiquer et qui font marrer mes meilleures copines.

C'est récent, vos pratiques SM ?

Pas du tout ! Quand j'animais Continentales, à Nancy, déjà, j'allais dans les boîtes. Moins que maintenant, parce que j'étais plutôt fatigué de me lever chaque jour à quatre heures. Ce que j'ai compris en écrivant ce livre, c'est le pourquoi de mon amour des langues et mon amour de l'Europe. J'étais ce petit garçon enfermé dans sa Cornouailles, sentant qu'il était différent, se croyant seul au monde, sachant que pour pouvoir devenir ce qu'il était vraiment en lui, il devait partir ailleurs et apprendre une autre langue. Les dernières pages, c'est le petit garçon qui est toujours en moi qui les a rédigées. Ce petit garçon m'a rappelé que ma vie sexuelle n'a pas été aussi légère et amusante que celle décrite dans le livre. J'avais une colère en moi, enfant, d'avoir à taire ma vraie sexualité pendant dix-huit ans. Je suis parti dans le milieu cuir pour pouvoir sortir tout ce que je devais cacher, adolescent, sur mes inclinaisons sexuelles. Où aller ? Je me suis donc exilé en France au début des années 80, au moment de l'arrivée de Mitterrand à l'Elysée. Les gens de ma génération n'oublieront jamais ce qu'il a pu faire pour les homosexuels, comparé à Thatcher. Je suis l'un des rares témoins encore vivant de cette époque, ils sont tous morts.

Il y a des réfugiés climatiques et vous, finalement, vous étiez un réfugié sexuel ?

Je me définis comme un exilé sexuel. Là, j'habite à Berlin car les Allemands sont plus ouverts que les Français. Dans les années 80 Paris était un phare de liberté mais la France a beaucoup stagné. Prenez l'adoption. En GB, elle est ouverte à tous les couples capables de donner un foyer chaleureux à un enfant.

Est-ce qu'il y a une identité sexuelle européenne ?

Oui. Elle diffère selon les pays. Rien que le monde cuir : il change totalement d'un pays à l'autre. Ma première expérience cuir, en France, était avec un type tout cuir, sauf les chaussures. Il portait une paire de petits mocassins à gland ridicules. Ses deux pompons sur le devant, ça n'allait pas du tout. La culture anglaise est portée sur la Masculinité, tout qui déroge à cette règle en est banni : c'est le stiff upper lip, la « lèvre supérieure raide ». On nous forme à ne pas montrer nos émotions. Dans le cas de mon père, cette attitude peut être émouvante, nous n'avons jamais parlé de mon homosexualité et en arrivant chez lui, j'aperçois sur le rebord de la cheminée une photo de mon ami et de moi. Je ne peux lui dire à quel point je suis très fier de lui. Je ne pourrai jamais lui dire. La culture française, a contrario met la pression sur la femme, à la Catherine Deneuve. La femme française se doit d'être belle, d'être chic.

La genèse du livre, racontez-nous ?

Il y a dix ans, Lattès me donne une avance pour écrire un livre sur l'Europe qui n'est jamais sorti. Dix ans plus tard, ils me réclament l'avance. Je revois mon éditeur qui a changé son fusil d'épaule : ils ont tout tenté sur l'Europe et ce n'est vraiment pas un thème porteur. On passe en revue des sujets de bouquin et au bout d'une heure, on tombe d'accord sur le sexe, la drague online. Les hétéros n'ont pas idée de ce qu'on peut faire sur le net : je voulais simplement écrire un recueil d'anecdotes plutôt drôles sur ma vie sexuelle.

Drôle et effrayantes, aussi...

Mais mon cher, ce serait moins bandant si ce n'était pas effrayant !

Mais ça vous plaît tant que ça, d'avoir peur ?

Peur ? Non, je suis excité par tous ces jeux de domination et de soumission entre deux hommes. Il faut que j'aie peur de la personne sinon c'est moins bandant.

Mais vous pouvez tomber sur des malades ! La fois où vous vous faites kidnapper volontairement, tout de même...

La clef de ces relations, c'est l'humour. Je parle beaucoup au téléphone avec ces inconnus, avant de prendre un avion pour le Massachusetts. S'ils ont le sens de l'humour, s'ils voient à quel point tout ce que nous allons faire est drôle, j'ai totalement confiance. S'il est drôle, c'est qu'il a du deuxième degré, c'est une expertise assez juste de sa psyché, souvent. On peut avoir le fantasme de l'uniforme, avec de vrais militaires britanniques. Je l'ai fait plusieurs fois et ce n'est pas bandant du tout car pour eux, ce n'est pas un fantasme, c'est réel. Alors que quelqu'un qui joue, qui le vit à fond au deuxième degré, qui va jusqu'à acheter des uniformes, à mimer le militaire alors qu'il est assistant social dans sa vraie vie, là c'est bandant. La sexualité est un vaste territoire de libération des fantasmes.

A cinquante ans, dans le milieu gay, on plaît encore ?

Pas du tout ! Mais moi j'ai de la chance, depuis sept ans, je m'éclate en rattrapant le temps perdu... et ça marche. Rien n'est laissé au hasard pour appâter le chaland : j'ai des pectoraux d'enfer, travaillés avec mon coach sportif, trois fois par semaine. J'ai plus de succès que je n'en ai eu quand j'étais jeune, j'attire plein de mecs de vingt cinq ans. J'ai une floppée de beaux Allemands qui me courent après.

C'est par eux que vous vous faites uriner dessus ?


Oh, allez, scoop pour vous : j'ai une sexualité très classique, la plupart du temps. Je ne parle dans le livre que des aspects les plus excentriques de ma vie sexuelle, mais cela m'arrive au maximum deux fois par an. La plupart du temps, comme tout un chacun, je branle des gens, je suce des gens en embrassant tendrement !

On est déçu, là...

Je vais même aller plus loin. Depuis que j'ai terminé le livre, c'est comme un exorcisme, je n'ai pas vécu une seule expérience cuir

Ca a démarré jeune, votre attirance pour le cuir ?

Très jeune. De toute façon, on sait si on est « cuir » avant l'âge de vingt ans.

On peut être « cuir » et végétarien ?

C'est compliqué... On devient « latex », plutôt.

Vous savez d'où ça vous vient, cette attirance pour le cuir ?

Oui. C'est Miss Emma Peel, dans Chapeau Melon & Bottes de Cuir, mon premier modèle dans la vie.

Pourquoi êtes vous parti habiter à Berlin ?

Parce que personne ne m'y connaît et que c'est plus simple pour coucher. Je suis un peu connu dans le milieu gay et c'est une malédiction, à Paris : « Oh, c'est Alex Taylor ». Cette fausse célébrité m'entoure d'une aura de solitude et personne ne me drague ici. A Berlin, si on me regarde, c'est qu'on a vraiment envie de moi. J'ai un peu fui pour cette raison, aussi.

Et sinon, vous aimez vous faire insulter en Allemand ?

« File là où l'on élève le poivre ! » (Da wo der Pfeffer wäschst !) hurlé dans la langue de Goethe, c'est très érotique, vous n'avez pas idée.

En Allemagne, la nourriture doit être exécrable, non ?

Pas du tout ! On trouve des magasins bios un peu partout et pour beaucoup moins cher qu'en France. Berlin est une capitale très abordable, le fruhstuck complet du dimanche matin, à profusion, coûte à peine huit euros. Et le Bratkartoffeln, vous connaissez ? J'adore !

Quand vous en parlez, je me dis que vous devriez animer une émission culinaire ! Vous regardez la télé ?

Jamais.

Même pas Arte ?

Encore moins ! Je ne règle jamais mes comptes, habituellement mais je me devais de le raconter dans mon livre. A l'époque de mon émission Confetti, j'avais enregistré à l'avance un mois entier d'émissions car je sentais que la fin de mon ami était proche. Je m'en vais une semaine, ça ne se voit même pas à l'antenne. Mon ami décède dans mes bras et je reçois une lettre pour « absence injustifiable ». Si j'étais parti à l'enterrement de ma femme, je n'aurais jamais reçu ce mot. Un homosexuel n'est pas traité comme un autre, même dans le deuil. Au bout d'un an, j'ai enfin pu quitter Arte, sans le moindre regret.

La réforme de l'audiovisuel public, vous avez une opinion ?


Ah, les Français sont meilleurs que nous pour le sexe, la nourriture mais s'il y a bien une chose que les Anglais font mieux que les Français, c'est la télévision. Les Anglais ont compris que la télé, ce sont d'abord des images, des histoires. J'étais chez Delarue, récemment, mais c'est de la radio filmée ! Quel est l'intérêt ? Ici, la télé, ce sont soit des films de pauvres, des « téléfilms », soit de la radio filmée. Avantage de la BBC, il n'y a aucune pub et on peut y passer en prime time un reportage fascinant sur les reptiles qui cartonne en audience. La Bib est financée par la redevance, comme chez vous. Je n'ai jamais compris comment la télé française pouvait être aussi mauvaise avec autant d'argent en jeu. Récemment, donc, j'ai fait Ruquier et Delarue. C'est devenu un système à part entière. Delarue est là pour titiller les gens. Les invités racontent des choses en direct qui vont changer leur vie et Delarue, dans un état second, fait des moues compatissantes, le menton incliné, en les relançant pour les faire parler.

Christine Ockrent vient d'être nommée comme présidente de France 24. Vous avez plein de points communs, tous les deux. Vous faites des ménages pour vivre...

Je l'admire énormément mais la France est le seul pays au monde (à part quelques états Africains) où l'épouse du ministre des Affaires Etrangères peut diriger une chaîne internationale, même en étant la meilleure journaliste de la télé publique. Concernant les ménages, je ne fais que ça. Quand j'étais président de RFI, c'était à temps plein, je ne faisais rien à côté. Moralement, ça me gênerait. Quand j'ai quitté RFI, j'ai monté ma boîte de production. Je voulais tourner des documentaires sur l'Europe et pour ça, il faut de l'argent. C'est là que j'ai accepté les ménages auxquels j'avais dit non pendant dix ans pour mettre tout cet argent dans ma boîte et mes docs européens.

Des documentaires sur l'Europe, ça n'intéressait que vous, non ?

Hélas oui... alors que de plus en plus de gens travaillent ensemble, au-delà des frontières. Prenez Airbus ! Au quotidien : des Français qui travaillent avec des Italiens et des Allemands. L'Europe se fait dans les entreprises et pas du tout dans la politique ou les médias. La Chine et l'Inde montent à des vitesses invraisemblables : notre continent est foutu si nous ne faisons pas l'Europe ensemble, tout de suite. Le Chinois est la langue la plus parlée sur le Web et dans le monde, il y a urgence. Ils achètent partout les grandes entreprises, les immeubles.

Vous parlez combien de langues, en tout ?

Je vous donne la version pour les journalistes ou la vérité ? Ah, « Alex Taylor le Polyglotte » ! Quand je monte dans les taxis, je dis toujours que je parle juste trois langues mais les chauffeurs semblent tellement déçus que désormais ça peut monter à 28. J'en parle couramment trois : Allemand, Français et Anglais. Italien et Espagnol, je me débrouille et Néerlandais je baragouine. France 3 à l'époque avait deux façons de parler de moi. Soit j'étais Alex Taylor l'Européen, soit Alex Taylor le pd qui présente la matinale info. Ils ont choisi l'Europe !

C'est l'horaire qui voulait ça...

Pas seulement. J'étais le premier animateur de la télé à en parler ouvertement, à l'époque. En 1990, quand ce n'était pas à la mode comme aujourd'hui, j'ai été soutenu par Jacques Chancel et Hervé Bourges. Ils m'ont dit que c'était bien ce que j'avais fait.

Ça a marché tout de suite, cette matinale.

Oui, j'ai eu un gros coup de bol : la guerre du golfe a éclaté deux jours après la première. Je dois ma carrière à Saddam Hussein ! (Rires). Nous sommes passés de 200 000 téléspectateurs à plus de quatre millions. Les directeurs des programmes sont tellement cons qu'ils pensaient que c'était grâce à moi, ce pic d'audience : « Il faut garder ce Alex Taylor à tout prix ! ».

Vous dites que votre homosexualité a nui à votre carrière. Ça s'est traduit comment ?

Par une absence de carrière ! (Rires) j'ai essayé d'y revenir mais la télévision a beaucoup changé. La notion de service public n'est plus la même. Souvenez-vous que je diffusais le journal télé russe sous-titré en Français, au matin, à l'époque. Ah, si j'ai fait sept ans sur la Chaîne Parlementaire, personne ne m'en parle jamais. C'est malheureux, tout de même : ma première fois chez Delarue, j'étais malade comme un chien à cause d'une mozzarella pas fraîche. Je le dis à l'antenne, on m'en parle après pendant six mois dans la rue « Faites attention à la Mozarella, Alex ! ». Sept ans d'émissions sur l'Europe et j'ai du croiser deux personnes qui m'en ont parlé, deux.



Personne ne vous propose rien à la télé Française ?

Personne. Je vais être franc, j'essaie de tuer mes ménages en étalant ma vie sexuelle mais visiblement, ça ne marche pas. On m'en propose toujours alors que je fais tout mon possible pour les faire fuir ! (Rires)

Ça consiste en quoi, vos ménages ?

Oh, je les raconte par le menu dans le livre. Je suis payé pour dire deux phrases, généralement. La fois où j'ai animé la venue de la Reine d'Angleterre, pour le lancement de l'A380, je le raconte dans le bouquin. La rolls noire arrive, tout le monde l'attend depuis des heures, une vieille dame en sort, un chapeau sur la tête et mon rôle est de dire, pour les étourdis qui n'auraient pas compris : « Mesdames, messieurs, la Reine ! ». Ça m'a pris deux jours de répétition, juste pour ça.

On peut jouer à un vrai-faux sur les Anglais ? Alors : « les Anglais ne sont pas sexy »

Totalement faux !

"Les Anglais sont plein de tatouages".

Oui.

"Les Anglais ne savent pas cuisiner".

N'importe quoi. On nous a tellement bassiné les oreilles avec cette idée... Allez faire un tour dans un supermarché Anglais désormais et vous verrez le contraste avec la France. Il y a 36 000 fois plus d'idées de cuisine qu'ici. Un dessert à Paris c'est mousse au chocolat. En Angleterre, il y a une vraie cuisine Anglaise, la « Fusion Cooking », qui réinvente totalement le genre.

"Les Anglais détestent les Français".

Oh non, c'est pire que ça. Ils sont totalement indifférents à votre sort. Allez dans la rue, demandez à mille personnes le nom de votre premier ministre, vous serez chanceux d'en trouver deux qui le connaissent. Quand on demandait aux Anglais qui était Valery Giscard d'Estaing, après cinq ans de mandat, ils pensaient que c'était une ballerine ou la femme de Sacha Distel.

"Les Anglais ont triché pour avoir les JO à Londres".

Pas besoin, les Français étaient tellement ringards avec leur film de présentation.

« 25 % des Anglais sont homosexuels » dixit Edith Cresson.

Oh, si seulement ! (Rires)

"Les Anglais picolent comme des trous".

Oui. C'est la « binge culture », les gens boivent pour être pétés. C'est une culture de l'alcoolisme : l'alcool n'est pas un plaisir mais uniquement un moyen pour péter les plombs.

Vous aimeriez retourner vivre en Angleterre ?

Non, c'est trop tard maintenant. Ou alors dans une maison de retraite gay, s'ils en ouvrent une. Je n'ai aucune envie de vieillir seul.

Alex Taylor, Mars 2008
Journal d'un apprenti pervers, éditions Jean Claude Lattès.
Le lien pour acheter le livre.





Sexe : Clara (Morgane) veut la lune.
Posté par William le 1/10/2008 19:40:00
Sexe

Deux fois ces derniers mois j’ai eu quasiment la même conversation avec une copine sur la sexualité de son couple, sur la sexualité de son copain. Deux filles totalement différentes, même problème.

Le contexte est identique, je suis toujours devant mon café et le téléphone sonne :
- Salut, ça va ?
- Ouais et toi, girl ?
- Bof, moyen moins.
- Kesskisspass ?
- Bah je veux pas t’embêter avec des trucs chiants.
- Peuh mais arrête, tu m’embêtes jamais, toi tu passes des heures à m’écouter combien ils me prennent la tête au taf et tu me donnes toujours les bons conseils de moine zen qui sauvent la mise, je peux bien ouvrir l’oreille de temps en temps.

Elle soupire :
- C’est Karim.
- Quoi, Karim ?
- Ben je sais pas, je voulais pas fouiller mais l’autre jour j’essayais de dégager de la place sur le disque dur de l’ordi parce que je télécharge Desperate Housewives saison 3 et que je sais jamais où les mettre et je suis tombé sur un dossier qu’il s’était constitué…
- Ouais ?
- Un dossier avec des films…
- Des films ?
- Ben des films avec des filles, tu vois le genre, quoi.

Je hausse les épaules. Oui, je crois que je vois le genre mais oui, je crois aussi que j’ai besoin d’entendre de sa bouche le mot exact qui correspond au problème :
- Précise ta pensée.
- Des films pornos, voilà.
- Et ?
- Et c’était dégueulasse, il y avait des trucs avec des lesbiennes, c’était super vulgaire, des nanas ignobles qui faisaient des choses, des tatouages, des airs de putes, c’était super vulgaire…(elle cherche ses mots)…plus que vulgaire, c’était à vomir, je n’avais pas vu ça depuis des années, mes frères en avaient chopé sur Canal Plus il y a plus de dix ans mais là, ça a évolué et maintenant ils font des films vraiment dégueulasses et même violent, j’ai trouvé, même violent.
- Et alors ?
- Ben ça me fait chier que Karim voit ça, quoi.
- T’es sûre que c’est lui qui a téléchargé ça ?
- Pfff il est ridicule, il ment comme un gosse, ça m’énerve de le voir aussi pathétique à nier l’évidence, il est là, comme une souris dans un piège à fromage, je lui montre le dossier avec les noms des films de cul, une dizaine, et lui il secoue la tête et il jure qu’il n’a rien à voir avec ça, qu’on a du nous les mettre en spam sur le disque dur sans qu’on s’en rende compte, en spam comme il me disait, non mais tu imagines, il me prend trop pour une conne, je lui montre le logiciel de téléchargement qu’on utilise et je lui dis que c’est la seule méthode pour arriver à avoir des films alors là il fait style il réfléchit un moment et puis il me dit « attends, ce serait pas Seb qui aurait téléchargé ça quand on a fait l’apéro l’autre soir ? Parce qu’il a pas internet chez lui et il a demandé à vérifier ses mails, tu vois…Il aurait eu le temps de mettre les films sur le disque dur »…Putain comme ça m’a énervé qu’il me prenne pour une débile autant, je te dis pas.
- Surtout que je vois pas l’intérêt de Seb de te coller des films de boule sur le disque dur (passons sur la faisabilité en moins de deux minutes, d’ailleurs) si c’est pour les regarder de temps en temps quand il vient voir ses mails, alors qu’il y a du public derrière qui boit un verre. Nawak. Et alors ?
- Alors on s’est pris la tête toute la soirée, il m’a dit que j’étais affreuse, que si je le croyais pas je pouvais tout autant penser qu’il me trompe et que j’avais qu’à le fliquer toute la journée si je voulais, comme ça on aurait des bonnes raisons de se séparer, car je ferai comme ma mère avec mon père et blablabla et en gros, c’était ma faute car je ne le lui laisse pas assez d’air pour respirer et que c'était de ma faute car si je couchais plus, lui en tant qu’homme, même s’il ne télécharge pas de films, il aurait peut être moins besoin d’aller voir ailleurs et en gros, tout était de ma faute.
- Pfff. Quelle montagne dans un verre d’eau.
- Ouais. Mais quand même, cette pornographie, ça te dégoûte pas, toi ?
- …
- Ouais, bien sûr, t’es un mec, tu dis rien, mais quand même, tu es en couple, tu ne parles pas de problèmes sexuels, je ne t’ai jamais entendu dire quoi que ce soit dessus, ça ne te gênerait pas d’apprendre que ton mec regarde des films de cul par derrière ton dos quand tu bosses ?
- Non.
- Putain, ça me dépasse.
- Mais pourquoi ?
- Mais parce que c’est dégoûtant ! Il a tout ce qu’il veut à la maison, qu’est ce qu’il a besoin d’aller mater des nanas, avec des seins comme des pastèques, des ongles, des talons, à se lécher, là, tu vois bien qu’elles prennent aucun plaisir, en plus, c’est ignoble, ça ne se fait pas !
- Tu nous fais un petit blocage judéo-chrétien ?
- Non, pas du tout…
- Un petit peu, quand même…
- Pas du tout. Attends, c’est sale, je sais pas, ça se fait pas, en couple, d’avoir des trucs comme ça sur le disque dur et de les mater quand l’autre est pas là…
- Et quand on est tous les deux au café à regarder les mecs passer et que tu me dis « putain lui, il a un petit cul de noir d’enfer et je me le taperai bien », ça te gêne pas, ça ?
- MAIS C’EST POUR DECONNER, ça n’a rien à voir, c’est un fantasme, je le fais pas pour de vrai.
- Ben c’est pareil pour lui, je te signale. Un film n’est pas réel.
- Pfffff t’es d’accord avec lui parce que t’es un mec.
- Super l’argument.
- Mais tu n’en regardes pas, toi, des films de cul ?
- …
- Tu regardes des films de cul ???
- …
- Je le crois pas, tu me l’as jamais dit.
- Je vois pas pourquoi je te le dirai, tout de même.
- Mais enfin, t’es amoureux de ton mec, tu vis en couple et tu regardes des films de cul ??? Tu vois pas le problème ??
- Justement. Je crois qu’il n’y a pas de problème.
- La société va mal, je te le dis.
- Non. Tant qu’on est dans le fantasme, je crois qu’il faut favoriser quelqu’un qui assume et aime regarder que quelqu’un qui intériorise et finit par te tromper pour te quitter avec la première qu’il aura sauté en pensant qu’il aime alors c’est juste du sexe et le sexe, c'est pas l'amour.
- Pffff, ok, t’es un mec, on peut pas discuter.
- Ecoute, certaines femmes aussi aiment la pornographie.
- Mensonge de mec ! Trouve m’en !
- Elles le disent pas mais ça existe.
- Et bien j’aimerai bien discuter avec elles.
- Ok, je ferai un article dessus, si ça peut te rassurer !
- Ne dis pas que mon mec s’appelle Bertrand, hein !
- Non, je vais l’appeler Karim.
- Merci.





Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Se souvenir de moi

Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
Découvrez mes livres


Le chemin qui menait vers vous

Robert Laffont
(Sortie le 17/02/11)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Tous ces jours sans toi

Editions Plon
(Sortie le 26/08/10)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

J'ai Lu
(Sortie le 09/02/11)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

J'ai Lu
(Sortie le 28/08/2010)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!

Je suis partout !

Actualités, médias et people mais pas que... sur "Le Post"


- - - - - - - - - - - - - - - - -
Mon blog précédent : "Ron l'Infirmier"



Qui est en ligne
2 utilisateur(s) en ligne (dont 2 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 2

plus...
Nouveaux inscrits
emy7890 19/2/2012
lolo67870 7/2/2012
A.S 28/12/2011
cat'seyes777 22/10/2011
monochrome 26/9/2011
fred 22/8/2011
Kedem 10/8/2011
val 9/8/2011
corgre 21/7/2011
lara 19/6/2011
Boîte à outils
Rechercher sur le blog
Commentaires récents
citations 20/7/2014 17:12
Merci pour votre livre 19/9/2012 14:58
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 20:05
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 16:27
Re: La dame qui tirait les cartes 21/2/2012 12:04
Re: La dame qui tirait les cartes 20/2/2012 23:26
Re: La dame qui tirait les cartes 19/2/2012 9:10
Re: 5 regrets avant de mourir 19/2/2012 7:58
Re: Ecriture 19/2/2012 7:43
Re: Les peurs 6/2/2012 17:02
Re: Les peurs 6/2/2012 12:21
Re: 5 regrets avant de mourir 6/2/2012 8:29
Re: Ecriture 4/2/2012 21:11
Re: Ecriture 3/2/2012 6:42
Re: Ecriture 3/2/2012 0:03
Re: 5 regrets avant de mourir 2/2/2012 19:43
Re: Ecriture 1/2/2012 23:23
Re: Les peurs 1/2/2012 18:41
Re: Les peurs 1/2/2012 18:30
Re: Ecriture 1/2/2012 18:12
Re: Partir, revenir 1/2/2012 10:46
Re: Les peurs 1/2/2012 2:46
Re: Partir, revenir 1/2/2012 0:44
Re: Les peurs 31/1/2012 20:07
Re: Ecriture 31/1/2012 20:05
Re: Ecriture 31/1/2012 16:40
Re: Ecriture 31/1/2012 16:31
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 22:27
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 21:07
Re: 3 boulots sinon rien. 30/1/2012 12:30
Re: Samedi 223 : Solitude 29/1/2012 14:28
Re: Samedi 223 : Solitude 29/1/2012 12:58
Re: Samedi 223 : Solitude 28/1/2012 23:25
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 27/1/2012 19:56
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 27/1/2012 6:57
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 21:29
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 18:58
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 11:10
Re: Mercredi 226 : Dany Boon à l'Olympia 26/1/2012 11:06
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 23/1/2012 15:17
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 22/1/2012 10:57
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 15/1/2012 16:45
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 10/1/2012 1:02
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 6/1/2012 16:23
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 19:28
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 16:14
Re: Mercredi 248 5/1/2012 11:14
Re: Jeudi 247 : la vie privée de Frédéric Lopez 5/1/2012 11:12
Re: 240 4/1/2012 10:19
Re: 239 3/1/2012 23:03