Partir, revenir

Date 7/9/2011 7:50:00 | Sujet : Blog

hebergeur d'image

Les rumeurs de ma mort sont grandement exagérées, comme dirait l'autre, mais il est clair que j'ai tourné une page de blog, et pas une petite. Je n'écris plus régulièrement...ici...mais plutôt ailleurs, sur d'autres plateformes. Pour ceux qui ont eu la curiosité d'aller sur les Inrocks, cet été, je suis allé signer quelques billets. Il y aura d'autres surprises dans les semaines à venir (fond et forme) mais pas ici, ici, ça ne bouge pas. Ça s'endort tranquillement même, on pourrait dire.

Quelques nouvelles ?

Je vais fêter dans quelques jours ma première année chez Universal Music France, au poste de rédacteur en chef d'OFF TV, la chaîne musicale de la première major française : la chaîne est lancée sur la box SFR cet hiver. Vous pourrez donc voir les programmes affalés sur votre canapé (j'en rêve, je déteste regarder des vidéos assis derrière un PC). J'entends souvent dire que je devrais écrire un livre sur ce que je vois et découvre au quotidien, ce qui semble une excellente idée...sur le papier, sans jeu de mot. En vrai, c'est un travail, certes passionnant, mais qui reste un travail : une maison de disque est une entreprise comme une autre (allez, pas tout à fait comme une autre, il souffle un vent de folie et de créativité dans les couloirs que ressentent les visiteurs) et mon travail comporte autant de tâches récurrentes que de moments plus rares et plus amusants.

Ce que je préfère ? Partir sur le terrain rencontrer des artistes (français ou "Inter" comme on dit) pour les interviewer, les entendre répéter ou assister aux concerts, enregistrements d'albums, etc. J'ai, dans ces moments-là, beaucoup de chance. Hier, j'étais avec James Morrisson, par exemple, dans sa loge du Jamel Comedy Club. Accompagné par sa femme et sa fille, nous avons échangé sur la paternité et la vie d'artiste en tournée. Évidemment que j'aime ça : j'apprends tellement sur l'Humain. Il suffit de regarder, d'écouter. Et, ensuite, le découvrir sur scène, passionné, sublimé, transporté par la musique, ajoute une dimension incroyable à mon travail. Je me sens bien.

Ce que j'aime moins ? Les aléas du direct, comme on dit, les rendez-vous reportés, décalés, les artistes qui font au mieux pour donner le maximum, entre 25 médias mais qui obligatoirement se répètent et s'épuisent un peu, les pressions des entourages, la vision du manager qui n'est pas forcément celle de l'artiste ou la mienne (chacun voit midi à sa porte) mais ce sont des désagréments mineurs. En une année et peut-être une centaine d'artistes rencontrés (peut-être plus), je n'ai jamais vécu une seule situation désagréable ou hors limite qui vaudrait le coup d'être racontée dans un livre. Des moments de fatigue, des moments de doute, des moments de refus (une lumière aveuglante, une chaise inconfortable, rien de bien grave) : oui. Les artistes sont comme vous et moi. Mais il n'y aurait rien de bien passionnant à coucher sur le papier sauf à mentir et grossir le trait.


J'ai terminé ma collaboration avec Zazie début juillet après un an et quelques mois ensemble. Je m'exprimerai librement sur ce sujet dans quelques années, le temps de réaliser ce que j'ai vécu et de trier ce qui m'a marqué durablement de ce qui fut anecdotique. J'ai beaucoup, beaucoup appris pendant ces mois entourant la sortie de l'album puis la promo et enfin le début de la tournée. Je ne suis pas réellement satisfait de ce que j'ai pu commencer (et non terminer) sur son blog : il y avait tant à faire et tant à inventer, tant à proposer. C'est comme ça.

J'écris, sinon, à côté. Pour la télé ou le cinéma. Nous en reparlerons. Pas la force de commencer un livre même si deux romans sont dans les tuyaux, quelque part. Je n'arrive pas à ouvrir le robinet, pas envie, en fait.

La vie privée reste privée, mais ça va. Comme après huit années de vie ensemble. You know what I mean.

Voilà.
Je vous embrasse.

(En photo, Jenifer, dont je suis "amoureux" depuis déjà dix ans et que je revois à chaque fois avec un plaisir immense. Sa fraîcheur, sa timidité et sa voix, punaise, sa voix...J'aime cet artiste, point. Comme des millions de gens.)


Cet article provient de William Réjault
http://william.rejault.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://william.rejault.free.fr/modules/news/article.php?storyid=523